Forgotten Heaven

Naufragé de n'importe quel océan, vous voici maintenant sur une île abandonnée depuis des lustres... NC-15
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Echoué sur le sable [PV Alecia]

Aller en bas 
AuteurMessage
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Sam 28 Fév - 13:23

Le soleil brillait d’un éclat violent, provoquant une douleur lancinante dans ses yeux lorsque Haruko les ouvrit. Il ne voyait plus rien, frappé par la vive lumière qui lui faisait face. Un peu désorienté, il cherchait à comprendre comment il pouvait faire face au soleil avant de saisir qu’il se trouvait étendu sur le dos, le bruit du ressac parvenant à ses oreilles. Les vagues s’écrasaient à ses pieds, la sensation de l’eau sur ses pieds, lui indiquant qu’il avait perdu ses chaussures.

Se redressant pour observer son environnement, il prit conscience qu’il se trouvait sur une plage. Ses vêtements étaient couverts de sable et de dépôts blanc laissé par le sel. La mer qui s’étendait à perte de vue était bleu azure, éclatante sous les rayons du soleil. Ses pieds s’enfonçaient dans le sable meuble, l’eau s’écrasant doucement en emportant le sable à chacun de ses retraits. Quelques galets isolés roulaient dans les remous des vagues sans pour autant échouer. Il cherchait à se remémorer les événements qui avaient précédés son réveil sur cette plage. Il se souvenait de son voyage pour se rendre à un congrès pour littéraires. Bien qu’il ait attendu ce moment pendant toute sa carrière, il appréhendait de voyager loin de sa fiancée… De s’éloigner d’elle… C’était difficile. Il avait voulu annuler, mais elle avait insisté pour qu’il ne gâche pour cette chance pour elle. Il se trouvait donc sur ce bateau en direction de Hong Kong. Il était parti de Tôkyô en bateau. Emiko, sa fiancée, lui avait prit un billet pour le vol direct, mais sa peur inconditionnel du vide l’avait incité à partir un bateau plutôt qu’en avion. Le voyage étant un peu long, il était monté sur le pont pour se dégourdir les jambes, puis un choc avait fait tanguer le navire, le précipitant pas dessus bord. Après, c’était le trou noir. Jusqu’à son réveil sur cette plage. Il imaginait être dans un coin isolé de Kyûshû. Il n’aurait peut-être pas à attendre longtemps avant que les secours le retrouve.

Il se releva pour embrasser le paysage dans sa globalité. La plage de sable doré s’étendait jusqu’à une forêt dense qui semblait s’entendre sur tout l’horizon. Elle était sombre malgré le soleil intense qui l’éclairait. Les arbres étaient si serré qu’il ne pouvait distinguer plus loin que la première rangée d’arbres. Maintenant qu’il n’avait plus les pieds dans l’eau, il commençait à ressentir la chaleur étouffante qu’il faisait, il n’avait jamais imaginé qu’il puisse faire si chaud sous cette latitude. A Tôkyô, il faisait suffisamment froid pour devoir porter un manteau. Mais maintenant, son manteau, sa veste et sa chemise lui tenait extrêmement chaud. Fouillant ses poches, il y découvrit ce qu’il y avait mis avant de plonger pour son grand bain. Un stylo, un livre, sa montre… Il était étonné de voir que cette dernière fonctionnait encore malgré son bain forcé. Le livre et le stylo étaient dans un triste état par contre… Logique… Fourrant le tout dans l’une de ses poches, il ôta ses vêtements avant de se mettre en route, longeant la lisière de la forêt, espérant tomber tôt ou tard sur un village. Il laissa ses traces sur quelques kilomètres avant de souffrir de déshydratation. L’eau salée qu’il avait du avaler avant d’échouer sur le sable avait irrité sa gorge, rendant chaque bouffée d’air douloureuse et chaque déglutition brulante. Il n’y avait malheureusement rien d’autre que l’eau de mer sous la main pour étancher sa soif. Et il faisait toujours plus chaud… Ôtant sa chemise, pensant que le peu de vent qui soufflait le rafraichirait un peu plus que s’il la gardait, il se présentait torse nu au soleil, négligeant les méfaits des U.V. et les coups de soleil qu’il aurait le soir. C’était plus utile de limiter la perte d’eau en tentant de diminuer sa température corporelle plutôt que de s’inquiéter inutilement pour une broutille pareille… Il comptait bien être de retour chez lui à temps pour célébrer son mariage… La pauvre Emiko allait être tellement inquiète lorsqu’elle saurait quel malheur il lui était arrivé. Secouant la tête, il cherchait à la chasser de son esprit, l’heure n’était pas aux lamentations, il devait trouver de l’eau, sinon il allait y passer. Rassemblant tout son courage, il poursuivit son chemin, en traînant les pieds un peu plus à chaque heure qui passait. Le soleil déclinait sur la muraille végétale, projetant une ombre large et bienfaisante, le protégeant des rayons lumineux mais ne diminuant pas la température ambiante, toujours aussi suffoquant.

La nuit allait tomber sur cette étendue de terre où il n’avait pas rencontré âme qui vive… Etait-ce possible que l’île fut déserte ? La panique commençait à l’envahir. La nuit tombée, il ne pourrait plus avancé dans l’obscurité. S’approchant des bois, il souhaitait y trouver un peu de bois mort pour allumer un feu. Il ramassa quelques morceaux avant de retourner sur la plage. Assis sur le sable, il constitua un monticule avant de frotter deux morceaux l’un contre l’autre. Il avait vu des indiens utiliser cette technique dans un Western Américain pour allumer un feu mais il ne parvenait pas allumer le sien. Le ciel se tintait de nuances violine et indigo à mesure que le soleil se couchait, côté ouest. Exaspéré par l’inutilité de ses efforts, cédant peu à peu aux sentiments qui l’envahissait, il lança les bâtons vers la mer. Il n’avait pas bu depuis une dizaine d’heures, marchant sous un soleil de plomb, perdu au milieu de nulle part, avec rien d’autre que ses connaissances théoriques lues dans des livres. Emiko hantait son esprit, qui commençait à défaillir, séquelle du manque d’eau et de nourriture. Envahi par la colère que lui inspirait son impuissance, il serra les poings si fort qu’il se blessa, ses ongles s’enfonçant dans la chair de ses paumes. Ce n’était pas la seule surprise qui l’attendait. Une étincelle avait jailli de ses poings fermés et était tombé sur le tas de bois, l’enflammant instantanément. Il ne saisissait pas tout, mais ses forces l’abandonnaient et il perdit connaissance devant son feu.


Dernière édition par Soshiro Haruko le Mar 3 Mar - 1:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Sam 28 Fév - 15:31

    Pourquoi donc fallait-il que toutes les tuiles du monde lui tombent dessus à l'improviste ? Elle était bien consciente que le malheur n'allait pas la saluer de loin en lui affirmant qu'il allait bientôt lui jouer un sale tour mais elle aurait bien aimer que ce fut le cas. Pour l'instant, elle rageait, fulminait, pestait...grognait parfois et marmonnait souvent. Il était rare de la trouver dans un tel état d'excitation mais la journée avait mal commencé, très mal commencé. Cela faisait plusieurs jours déjà qu'elle avait quitté Yahwë...enfin, c'était plutôt lui qui s'était enfuis avec la précipitation d'un renard devant un loup...d'un autre côté elle était la première a avoir prit l'initiative avec le désir de fuir le plus loin possible de toute compagnie. Sans y parvenir réellement. La boule de poils qui l'avait trouvé, et adoptée semblait-il, n'avait pas la moindre envie de lui fiche la paix. Il la poursuivait avec une telle insistance qu'elle avait finit par abandonner, enfin, avant de réessayer il y a quelques temps...c'était à cause de ce nouvel essaie que la journée avait mal commencée. Une fois de plus, elle était parvenue à le semer en empruntant la voie des airs, virevoltant de branches en branches avec l'aisance que confère l'habitude, en peu de temps la boule orange s'était dissipé dans le vert foncé des broussailles de la forêt. Le soir, elle s'était arrêtée, croyant être à l'abri et suffisamment éloignée pour se permettre de faire un feu et de manger de la viande cuite et des racines afin de faire un ragoût relativement acceptable. Elle s'était endormie le ventre plein et le sourire aux lèvres...avant de se réveiller en catastrophe après avoir entendu un drôle de bruit le lendemain matin. C'était un bruit qui, malgré son sommeil, lui rappela un souvenir qui lui paru étrangement lointain comme vieux de plusieurs mois : le jour de son arrivée sur cette île a priori déserte. C'était le rugissement...gémissement ? Du petit tigre lorsqu'il lui avait littéralement sautée dessus dans la forêt, lorsqu'elle était encore suffisamment groggy pour être effrayée. Ce petit parasite était donc de retour...avait-il juré sa mort ? En tout cas il y parviendrait bien un jour le bougre. L'animal se trouvait à présent blottit contre elle, à peine soucieux de la peur monstre qu'il lui avait flanqué, et s'était endormit aussitôt...Malgré elle, la vision de la douce peluche qu'il était, pelotonné contre elle, l'avait attendrie puis elle s'était rendormie.

    Enfin, jusqu'à ce qu'il ne fouille dans son sac et ne dévore les quelques restes de viande qu'elle avait réussi à préserver. Le nez fourré dans la toile de son sac et les bruits de mastications étant suffisamment forts pour la réveillée, elle s'était précipitée mais n'était pas parvenue à sauver grand chose. Il avait déchiqueté les feuilles dans lesquelles étaient enveloppés les morceaux de viande, seul un paquet restait encore potable mais il lui faudrait chasser de nouveau...or elle était fatiguée et blessée même si cette blessure allait mieux de jour en jour. Alors qu'elle rageait encore de ce qu'avait fait Shad, elle s'était doucement calmée en défaisant le bandage entourant son ventre et qui maintenait en place le cataplasme qu'elle avait mit sur la blessure de son flanc droit causé par balle. La blessure s'était correctement cicatrisée grâce aux points de sutures que le jeune homme à la beauté fascinante lui avait fait, encore une semaine ou deux et il n'y paraîtrait plus, peut-être même moins si elle continuait à prodiguer les soins adéquat permettant une cicatrisation plus rapide. Elle avait reprit sa route, cheminant à travers la forêt afin de réapprovisionner son stock de nourriture mit à mal par la gourmandise du petit félin et avait passé sa journée ainsi, trimballant sur son épaule son sac considérablement allégé et une peluche orange et noire qui ne cessait de miauler à tout bout de champ, bondissant ici et là pour s'amuser...et faisant fuir les quelques proies qu'elle avait réussi à approcher dans le silence le plus complet. Exaspérée d'avoir perdu au moins trois proies qu'elle aurait put abattre sans trop d'effort par la faute du petit tigre parce qu'il prenait ça pour un jeu, elle l'avait fourré dans son sac, suffisamment large pour cela, et avait refermé ce dernier juste assez pour l'empêcher de sortir pour peu qu'il ne force pas trop sur le tissu. En quelques mouvements, elle s'était glissée dans les frondaisons alentours puis avait disparu dans l'obscurité ambiante, se déplaçant dans un silence total, prenant garde à ne faire frémir aucune feuille, à ne pas faire craquer de branche et, surtout, à se placer face au vent. Elle s'était avancée jusqu'à un petit ruisseau, suffisamment large pour qu'il soit considéré par les animaux de la forêt comme un point d'eau où l'abreuvoir. Comble de chance, elle n'eut pas à attendre très longtemps, un groupe de cerf s'était avancé paisiblement, ne se rendant guère compte du danger qui pesait sur eux, venant boire à grand coup de langue l'eau limpide du ruisseau.

    Accroupie dans les buissons, son poignard à la main, elle avait déjà le regard fixé sur la proie qu'elle s'était désigné : un cerf relativement jeune qui ne pèserait pas trop si elle l'emportait puisque de toute façon le jeune tigre y jetterait un sort dès que possible. La tension dans les muscles de ses jambes s'accrut brusquement tandis qu'elle s'apprêtait à bondir, son arme serré dans son poing fermé...elle n'eut guère le loisir de faire ce qu'elle avait l'intention de faire. Les buissons se déchirèrent et...Shad surgit, miaulant à s'en arracher la gorge...et le troupeau s'enfuit à toute jambe. Alecia resta figée dans son élan, fixant sans bouger le point où s'était trouvée sa présumée victime, la colère monta en elle. S'en était trop. Elle s'élança, elle rejoignit le coin où se trouvait son sac et...couru, sauta, évita toutes les branches sur son parcourt et parvint jusqu'à la lisière de la forêt, déboulant hors de la forêt à une vitesse sidérante...elle vit la berge, l'eau et voulu s'y élancer, nager jusqu'à se noyer afin de quitter cette île maudite, quitter ce parasite pelucheux qui faisait échouer toutes ses tentatives de se nourrir. Elle n'atteignit pas la berge. En réalité elle ne passa pas les premiers mètres bordant la forêt. Elle se prit les pieds dans quelques choses, perdit l'équilibre, battit des bras un moment afin de rester en l'air – comme si ça allait marcher ! - et finit par s'étaler de tout son long dans le sable doré de la plage. Un feu brûlait juste à côté et elle ne l'avait évité que de justesse. Elle. Pas Shad. Celui-ci, fou furieux dans sa cavalcade qu'il prenait comme un jeu, venait de sauter hors de la forêt, de s'élancer dans un bond formidable droit dans les flammes. Elle ne le rattrapa que de justesse par la peau du cou, se redressant sur un coude en tendant l'autre bras...mouvement trop vif auquel elle n'était pas réellement préparé, d'ailleurs il pesait sur le mauvais bras et la position dans laquelle elle se trouvait tirait sur son flanc droit. Elle s'arcbouta, tirant et puisant dans des ressources qu'elle ne possédait pas vu la force de ses bras et ramena Shad contre elle. Le maintenir au dessus du feu alors qu'il pesait sur son bras avait été difficile, surtout pour elle dont la force physique était si faible, et bouger l'avait été encore plus. Poussant un soupire de soulagement une fois que le petit félin fut reposé à même le sol, les poils roussi mais ce n'était guère important, et se retrouva sur ce qui l'avait fait trébucher et qui n'aurait pas dû rester immobile. Il s'agissait d'un homme de son âge environ, il était torse nu et à côté de lui se trouvait un tas de vêtement, il était d'origine japonaise semblait-il, un homme d'âge mûr. Et, semblait-il, évanoui ce n'était guère étonnant. Elle se rétablit, évitant de stationner plus longtemps sur le pauvre, évitant ainsi de l'écraser malgré son poids plume.

    Elle posa sa main sur son front puis tira son sac jusqu'à elle. Pour une fois Shad ne s'était pas jeté dessus, visiblement son séjour au dessus du feu avait calmé ses ardeurs...joueuses. Elle s'empara d'un tissu qu'elle mouilla d'eau fraîche puis le posa sur le front du naufragé qui avait, cependant, eut assez de temps pour allumer un feu. Elle se leva dans un mouvement souple et silencieux qui lui tira une grimace lorsque sa blessure se rappela à elle...elle n'était pas réouverte mais le mouvement qu'elle avait réalisé avait été trop brusque et la tension de sa peau et de ses muscles avait été suffisante pour ranimer la douleur. Elle poussa un soupire puis épousseta ses vêtements avant de rejoindre la forêt où elle ramassa une pierre plate qu'elle dénicha à plusieurs mètres de la lisière, elle la ramena jusqu'au campement et la posa au-dessus du feu en quelques mouvements puis attendit un moment. Le temps de patienter, elle s'assura que ses vêtements n'étaient pas trop endommagés puis posa la viande sur la pierre où elle se mit à grésiller joyeusement. Le temps de la laisser cuir, elle se tourna vers le jeune homme étendu là et attrapa sa gourde remplie d'eau et releva délicatement la tête du jeune homme pour glisser le goulot au bord de ses lèvres puis laissa glisser l'eau dans sa bouche. Il ne manquerait pas de boire. A voir l'allure qu'il avait, il venait juste d'arriver ou n'était guère là depuis longtemps, de l'eau fraîche et pure après un séjour dans l'eau salée lui ferait du bien. Une fois qu'il eut but suffisamment, pas trop afin de ne pas l'étouffer, elle s'en retourna à ses morceaux de viande en train de cuir et, du bout de son poignard, les retourna afin qu'ils cuisent correctement de chaque côté. C'était sa dernière ration, le dernier paquet...le survivant après le passage du monstre Shad.

    Le temps que le tout cuise correctement sur la pierre chauffée par le feu, qu'elle alimentait avec du bois mort recueillit dans la forêt, elle se tourna vers lui et attendit qu'il se réveillât...s'il daignait le faire naturellement. Après un court moment, elle se décida : le laisser dormir n'était pas une bonne idée :


    - Euh...réveille-toi s'il te plaît. Tu devrais te lever, ça te ferait du bien de manger et de boire un peu.

    Naturellement, pas de vouvoiement malgré son respect pour les gens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Sam 28 Fév - 18:22

La nuit ne cessait de se poursuivre indéfiniment. Il avait beau lutter pour se réveiller, il n’y parvenait pas. Son sommeil était agité, hanté par des fantômes du passé. Il s’était effondré à cause de la déshydratation intense dont il souffrait, mais le peu de forces qu’il recouvrait au petit matin le firent sombrer dans un délire fiévreux. Il n’avait plus conscience de l’extérieur, du feu qui crépitait toujours, proche de lui, malgré la nuit qui s’essoufflait et les doux rayons du soleil se levant à l’est…

Un tunnel sombre se poursuivait à perte de vue, et Haru se trouvait à l’étroit entre ses parois, ne sachant pas dans quel sens se déplaçait ni où cela le mènerait… Un petit lapin, orange et gris, avait bondit sur son dos, comme s’il n’avait pas été là, se fichant pas mal qu’il se trouva sur son passage. La douleur qu’il ressentit n’était pas cohérente avec la taille du lapin qui continuait de bondir, un halo orange autour de lui. Il se décidait à le suivre, il ne pouvait rien perdre… Il ne se souvenait plus comment il avait fais pour quitter la plage où il avait assisté au coucher du soleil pour se retrouver dans ce couloir étroit à courir après un lapin. A mesure qu’il se rapprochait, le lapin grossissait, tellement qu’il obstrua le passage. Le lapin sécrétait également de l’eau, qui commençait à lui monter jusqu’au genou. Cherchant une autre issue, il déboucha sur une artère parallèle, qui ressemblait en tout point à l’autre corridor. Suivant les parois dans l’obscurité, il entrevit sa bien-aimée qui l’appelait un peu plus loin devant lui. Il se précipitait pour la rejoindre mais il fit une chute dans le vide, croisant des nuages de couleurs vives, aux senteurs alléchantes. Il s’écrasait sur le sol, sans pour autant mourir… Une montre géante faisait tourner ses aiguilles à une allure vertigineuse. Puis une voix, qu’il ne connaissait pas, retentit dans la caverne où il se trouvait en compagnie de Marshmallow sur lesquels il se couchait…

Les délires de Haru avaient commencé peu avant l’arrivée fracassante d’une jeune femme et de son animal de compagnie. Elle avait été d’une extrême générosité, lui portant secours alors qu’il se trouvait mal. A de nombreuses reprises, il s’était agité, bredouillant des sons inintelligibles. Il avait même hurlé dans sa transe, alors que la jeune femme veillait sur lui. Elle avait pourtant tenté de le réveiller, en vain. Quelques heures passèrent, durant lesquels il avait continué de délirer, la fièvre aidant. Puis après quelques longues minutes de sérénité, il s’éveilla, exténué, complètement abattu… Il regardait aux alentours en cherchant un point de repère qui le rassurerait, certifiant que tout ceci n’était qu’un mauvais rêve issu de son subconscient. Mais il y avait une tête penché au-dessus de lui… Une créature assez étrange finalement, orange vif… Il croyait que le feu était vivant et se tenait au dessus de sa tête. Il n’avait pas la force de s’effrayer ou de bouger. De toute façon, il devait sûrement être dans ce rêve étrange où il avait réussi à faire jaillir des étincelles de ses poings. Peut-être même que cet esprit, lui faisant face, était une de ses créations. Regroupant les dernières forces qui lui restaient, il tenta de prononcer quelques mots, priant pour que ses neurones furent bien connectés.

_ T’es quoi ... toi… ? ........ Où ..... suis-je… ?

Il se sentait faible mais il ne souhaitait pas perdre conscience à nouveau, ne sachant pas dans quelles conditions il allait s’endormir… Il avait été surpris de la voix qui était sortie de sa gorge, rauque et sèche. Ses neurones commençaient à retrouver leur connexion et il comprenait qu’il avait frôlé de peu la mort… Il allait se reposer encore un peu avant de repartir en quête d’eau. Il ferma les yeux pour se reposer un moment, oubliant la boule orange et inconscient de la présence de la jeune femme.


Dernière édition par Soshiro Haruko le Ven 6 Mar - 17:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Dim 1 Mar - 19:56

    Il ne s'était pas réveillé, se contentant de parler dans son sommeil quelques paroles incohérentes et elle crut d'ailleurs entendre parler de marshmallow... il délirait et gardait les yeux fermés. Le peu de fois où il les avait ouvert s'était pour sombrer à nouveau. Afin de combattre la fièvre elle avait dû user de sa précieuse eau afin de rafraîchir son front. Sa peau était moite et une fine pellicule de sueur le recouvrait pourtant elle n'était pas capable de grand chose, n'osait pas s'aventurer plus loin que quelques mètres de peur de le perdre de vue et de ne pas pouvoir intervenir à tout moment. Le peu de fois où elle s'était éloignée, elle avait demandé à Shad de rester, l'animal penchant la tête d'un côté puis de l'autre d'un air interrogateur, elle n'avait sut s'il comprendrait. Mais il était resté. En revanche ce geste avait suscité chez elle un souvenir encore vif à sa mémoire : le jeune homme qu'elle avait rencontré quelques jours plus tôt. Lui aussi avait eut le tic de pencher la tête sur le côté comme s'il ne comprenait pas ses paroles. Ses longs cheveux blancs se superposant à l'image du félin, elle avait eut l'impression de voir un tigre blanc chez l'humain...était-elle, elle aussi, atteinte de délires frénétiques ? Ou son esprit ne parvenait-il pas à s'éloigner de ce bougre d'inconnu qui attisait tant sa curiosité. A ce souvenir, elle avait donné un violent coup de pied dans un tas d'herbe...et s'était cruellement tordu le petit orteil sous le choc ce qui avait achevé de la mettre de mauvaise humeur. Cela arrivait trop fréquemment ces derniers temps pour qu'elle ne s'en soucie pas. Elle allait devoir faire une cure de solitude afin d'apaiser son trop plein d'émotion et surtout pour retirer toutes ces pensées de sa tête qui la menait trop souvent dans la direction de Yahwë. Tandis que le jeune homme se reposait, elle s'était sentit obligée de chasser. Son dernier paquet de viande ayant été mangé la veille, elle devait refaire ses provisions si elle ne voulait pas mourir de faim, de plus, elle allait devoir nourrir le jeune homme si elle ne voulait pas qu'il lui claque entre les mains. Pourtant elle était fatiguée, elle dormait peu...trop peu pour chasser alors elle en était réduite à faire des collets et à les placer ici et là en espérant qu'un animal serait suffisamment stupide pour s'y risquer.

    Rodée aux techniques de chasse, elle savait parfaitement dissimuler ses pièges mais ce n'était pas toujours fructueux, elle préférait de loin y aller d'elle-même et...elle préférait également chasser à l'aide d'un arc mais pour cela, elle allait devoir s'en confectionner un elle-même...ce serait difficile et lui faudrait trouver un arbre dont les branches seraient adéquates, il serait également nécessaire de se servir...de nerfs, un nerf animal mais elle ne savait encore lequel choisir. Inutile de spéculer en conséquence, elle n'avait pour l'instant rien du tout et n'était guère capable de se fabriquer un arc sans les outils qu'il fallait avec...cette échappée sauvage se révélait décidément bien peu pratique et plus difficile qu'elle ne le croyait. Avant, il lui suffisait d'aller en ville et, si elle n'avait pas d'argent, de voler de la nourriture ou, au pire, se servir de son héritage familiale afin de s'acheter un arc. Ici elle n'avait rien de tout cela. Pas d'étal où voler sa pitance, pas de magasin où acheter un arc, pas de communauté humaine tout simplement. Une île désertique et sauvage...quoi de mieux pour développer le corps et l'esprit ? Sauf que toute cette île la rendait dingue. Non seulement elle était obsédée – car il n'y avait pas d'autres mots pouvant concorder – par sa rencontre avec le mystérieux jeune homme mais en plus il lui semblait que la terre répondait à ses moindres désirs. Son esprit en prenait un sale coup. Pour expliquer cette « impression », il fallait revenir quelques heures avant le « réveil » de l'inconnu auquel elle assista d'un œil plein d'espoir. A ce moment là, elle se trouvait à quelques mètres de la lisière des arbres...non, plus que quelques mètres, sans doute à un kilomètre de l'endroit où se trouvait le jeune homme encore inconscient. Elle avait déjà récolté deux lièvres qui s'étaient miraculeusement trop approché de ses pièges judicieusement placés et dissimulés, ceux-ci pendaient à sa ceinture tandis qu'elle allait relever son dernier collet de la journée où, il n'y manquerait pas, il n'y aurait pas de lièvre. C'était une bonne récolte pour un moyen aussi peu efficace lorsque l'on n'a guère de chance et surtout lorsque l'espace entre la relève et la mise en place est trop large, un prédateur risquait toujours de surgir, elle avait déjà eut le coup. Sûr. Ce coup là, elle n'était pas tombée sur un lièvre. Un bruit avait attiré son attention alors qu'elle s'approchait d'un épais fourré, le craquement d'une branche, le souffle d'une bête reprise quelques mètres plus loin par une autre. Après s'être discrètement approchée – sans se débarrasser de son butin, manquait plus qu'un prédateur s'en empare – et avait aperçu un troupeau de cerf...celui-là même qui s'était enfuis à cause de Shad ! Avait-elle de la chance ? Un miracle s'était-il produit ? D'un autre côté elle n'avait guère le temps de s'attarder ici, elle devait se dépêcher...alors elle s'était mise à songer qu'elle aurait eut de la chance si la mystérieuse personne l'ayant aidé dans la forêt – non, pas Yahwë – en la protégeant du danger à l'aide d'un mur de terre pouvait ligoter au moins l'un d'entre eux, juste pour elle...pensée pour le moins particulière : qui songerait à l'utilité des branches, des lianes ou des feuilles dans une quelconque partie de chasse ? Mais trop habituée à la vie en forêt, elle savait à quel point tout dans la nature pouvait être d'un grand secours.

    Autour d'elle des craquements sinistres retentirent alors qu'elle rebroussait chemin en direction du campement. Les branches se tendirent et d'improbables lianes sortirent de terre, s'enroulèrent autour des jambes d'une biche et les lui brisèrent aussi sec, l'immobilisant aussitôt avant d'achever ses souffrances en l'étouffant. La peur s'était emparée d'elle, elle aurait aimé fuir mais la coïncidence ne pouvait être réelle...aucun sauveur ne se trouvait dans le coin...était-ce elle qui venait de faire pareil prodige ? Puis, abasourdie, elle avait secoué la tête avec un sourire sarcastique aux lèvres : voilà qu'elle se prenait pour dieu maintenant. Ne refusant pas une chance pareille, elle s'approcha de l'animal et, s'inclinant brièvement devant les lianes qui l'avaient si bien aidée, elle s'agenouilla près de l'animal, l'attrapa par le cou et entreprit de la tirer à travers toute la forêt...travail épuisant mais elle ne pouvait faire mieux : elle n'avait pas de sac pour le dépecer ici et n'avait guère envie de laisser l'animal là à la merci du premier prédateur venu pendant qu'elle allait chercher le nécessaire. L'entreprise était ardue mais elle y parvint sans se blesser...ou pas beaucoup. Ses mains s'écorchèrent à de nombreuses reprises, marcher dos à la route était difficile et éviter de se ripper les mains sur l'écorce des arbres l'étaient encore plus. Ses bras étaient tout autant marqués...Revenu au camp sous le regard ravi de Shad, elle commença à dépecer l'animal, retirant la peau avec précaution afin de la mettre sur le côté. Elle pourrait toujours s'en faire un manteau ou autre, il ne fallait rien gâcher, ce serait stupide et surtout irrespectueux envers la nature qui lui avait offert pareil cadeau. Elle garderait également les os, peut-être pourrait-elle en faire quelque chose mais elle ne s'encombrerait pas inutilement. Elle pourrait faire des aiguilles et d'autres ustensiles encore, elle verrait plus tard. Évidemment, le petit félin réclama sa part du butin et eut pour loisir de dévorer un lièvre tout entier, pour son âge et sa corpulence c'était assez voir peut-être même trop. Elle enveloppa la viande dans une feuille possédant des vertus conservatrices permettant de garder la viande longtemps...c'était encore plus efficace avec du sel mais pour cela, elle allait devoir se servir de l'eau de mer pour recueillir le sel. Elle avait de la viande pour au moins une semaine et elle pouvait recueillir de l'eau dans un ruisseau à proximité, tout était pour le mieux.

    Peu de temps après, alors que le jour parvenait à sa fin, le jeune homme s'éveilla alors que Shad se tenait au-dessus de lui avec curiosité, se demandant ce qu'était ce nouveau bipède, ce Vertical, si différent de sa compagne à lui. Il n'avait pas les mêmes formes et s'il semblait résistant il était pourtant suffisamment faible pour que sa mère doive s'occuper de lui. S'agissait-il d'un bébé, tout comme lui ? Pourtant il avait la même taille qu'elle, voir même plus grand...les Verticaux rapetissaient-ils au lieu de grandir au fil des années ? C'était étrange et insolite mais il fallait s'attendre à tout de leur part ! Sa maman était même capable de créer quelque chose qui faisait mal et qui permettait d'éclaircir la nuit...elle était vraiment forte sa maman. Il ouvrit les yeux péniblement, regardant autour de lui, le regard enfiévré malgré le fait que sa température eut baissée depuis le temps – mais restait chaude tout de même – et finit par parler. Il peinait à prononcer des mots normaux, devait prendre un certain temps entre deux mots. Puis, n'attendant guère de réponse et n'ayant visiblement même pas remarqué sa présence à elle, il se rendormit. Moins agité cependant. Voyant cela, elle se dépêcha de faire grimper les flammes et de poser de la viande sur la pierre plate qu'elle avait récupéré la veille, posant de la viande une fois que la pierre fut suffisamment chaude. En attendant qu'elle finisse de cuire elle s'approcha de l'étranger et se glissa au niveau de sa tête. Elle le releva doucement, peinant légèrement à cause de son poids et parvint à l'adosser contre sa poitrine de sorte qu'il se tienne assit. Le tissu humide qu'elle avait posé sur son front glissa sur les genoux du jeune homme mais elle n'y prêta pas attention. Elle se contenta d'attraper sa gourde et, prenant bien garde de ne pas tenir le naufragé trop à la verticale, elle fit glisser le liquide entre ses lèvres entrouvertes. Elle finit par le rallonger après qu'une quantité suffisante d'eau fut avalée et se concentra sur Shad, celui-ci s'amusait avec les ombres mouvantes que faisaient ses mouvements. Elle avait d'ailleurs une idée tandis qu'un sourire étirait ses lèvres. Elle fouilla un instant dans son vaste sac et en tira un sabot de la biche qu'elle jeta à quelques mètres de là. Ça fonctionna. L'animal s'élança dans une course effrénée à la poursuite de l'os et s'amusa avec, mordant, griffant, donnant des coups de pattes et autres. Il lui semblait d'ailleurs que le sabot avait l'avantage dans ce combat... Puis elle se tourna finalement vers le naufragé qui ne tarderait sans doute pas à se réveiller, le pire étant passé il était sans doute en train de reprendre des forces avant de se réveiller à nouveau. Et pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Mar 3 Mar - 1:36

Haru commençait de nouveau à avoir conscience de l’extérieur, et bien qu’il s’était encore assoupi, incapable de lutter contre la fatigue qui le terrassait, il percevait des informations venant de l’extérieur. Son cerveau avait fait barrage à tout ce qui pouvait troubler son repos et nuire à son rétablissement. Il entendait le feu qui continuait de crépiter à côté de lui –étonnant d’ailleurs, n’aurait-il pas dû s’éteindre depuis longtemps ?– il entendait aussi les bruits que faisait un animal, tout près. Il y avait des senteurs alléchantes qui lui donnaient faim. Malgré tous ses stimuli externes, il ne parvenait pas ouvrir les yeux. Il avait la vague impression d’être conscient et lucide, mais c’était comme si son corps lui-même refusait de lui laisser le contrôle. Une désagréable sensation diffusait alors, il se sentait prisonnier de son corps, souhaitant se réveiller mais n’y parvenant pas… Les dommages provoqués par sa dessiccation avaient-ils été si importants que son système nerveux en avait été lésé ? Pourtant, il se souvenait avoir parlé, quelques minutes auparavant. Il s’était même réveillé… La panique psychologique qui s’était emparée de lui s’estompait peu à peu. Il devait être patient, il n’allait pas tarder à se réveiller. De toute façon, s’il pouvait raisonner et penser alors qu’il dormait juste avant, c’est que son esprit était déjà éveillé. Il fallait juste patienter pour que son corps soit plus coopératif.

Après quelques minutes de lutte intérieure, il parvint à ouvrir les yeux, découvrant un univers sombre. Le ciel qui, en face de lui, s’étendait à l’infini, était constellé de millions d’étoiles scintillantes, lui rappelant à quel point il aurait regretté de périr –surtout dans ces conditions– et remerciait son ange gardien, Dieu ou on ne sait quelle autre entité bienfaitrice qui l’avait épargnait. Il posa son bras sur sa tête, vérifiant ainsi qu’il pouvait bouger, au moins son bras pour le moment. Il soupira longuement, pensant à ce qu’il devait encore réaliser alors qu’il se sentait toujours très faible. Il savait bien sûr qu’il ne devait pas essayer de se lever immédiatement, l’afflux de sang dans son cerveau lui aurait fait perdre l’équilibre, et les vertiges ressentis l’auraient précipité encore plus rapidement sur le sol que ses désespérants efforts ne lui auraient permis de se lever. Bizarrement, il n’avait pas la bouge pâteuse, il n’avait même pas soif… Il savait pourtant qu’il aurait du ressentir ce besoin. D’autant que la nuit était tombée. Cela faisait donc près de trente-six heures qu’il se trouvait sur cette plage, et pour le peu qu’il pût en constater, près de vingt-quatre étendu sur le sable, qui lui collait partout sur le corps. Il tourna la tête de gauche à droite pour observer les environs. Il n’avait pas encore jeté un œil au feu, qui persistait à flamber, se flattant en passant sur ses talents de pyromane. Les flammes orangées semblaient monter jusqu’au ciel, de son point de vue. En regardant plus attentivement, il aperçut une silhouette se découpant sur le tableau sombre que lui offrait l’horizon, ses yeux éblouis par les flammes. Il croyait pouvoir dire qu’il s’agissait d’un humain mais ses yeux étaient encore troublés de la longue durée d’inactivité qu’ils avaient subits. Il se redressa sur son avant-bras, imaginant sûrement pouvoir améliorer sa vision ainsi, ce qui se produisit en effet. Elle se trouvait en retrait du feu, et les rares reflets que le feu projetait sur elle ne lui permettaient pas de voir précisément ses traits, mais c’était une jeune femme qui était assise non loin de lui. Il ne s’attendait pas à rencontrer un être vivant à son réveil, et il fût gêné qu’elle l’ait rencontré dans ses conditions si peu valorisantes pour lui. Il réalisait soudain qu’elle venait peut-être d’un village proche et elle l’avait trouvé. Dans tous les cas, il lui devait sûrement la vie. Gêné, il rougit violement. Il se sentait coupable de ce qu’il lui avait imposé. Il était cependant trop confus pour parvenir à articuler quoi que se soit de cohérent, tant de choses tourbillonnant en même temps dans sa tête. Il se résigna à simplement hocher la tête, avant de tenter de se mettre debout pour la rejoindre, de l’autre côté du feu. Mais ses efforts étaient vains, et frustré, il s’allongea sur le dos, passant ses mains sur son visage en soupirant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Mer 4 Mar - 12:49

    Assise devant le feu, surveillant du regard la cuisson des morceaux de viande qu'elle avait généreusement placé sur la pierre, elle attendait. Attendait encore. Jusqu'à ce que la nourriture soit suffisamment cuite pour être mangeable sans être pour autant dure comme du béton et aussi carbonisée que le premier repas qu'elle avait essayé de faire. La vie à la dure ça enseigne pas mal de connaissance or ses mouvements furent d'une efficacité et d'une précision impressionnantes. Elle tira une nouvelle feuille d'arbre, large, et en quelques mouvements vifs, tira son poignard de son fourreau, attrapa les morceaux de viandes avec le plat de la lame ou grâce à la pointe et les posa une à une sur la feuille en faisant attention qu'ils ne soient pas trop chauds lorsqu'elle les pose afin de ne pas brûler la feuille. Elle laissa le tout refroidir tandis qu'elle faisait de son mieux pour tenir Shad à distance des amuses gueules dont il avait bien l'intention de s'en faire quelques-uns...enfin, si sa maman ne l'en empêchait pas constamment ! Sa gourde venait d'être remplie après un bref passage près du ruisseau qui coulait à quelques mètres de là, fendant la forêt d'un trait limpide. C'était curieux de se dire que, malgré tout, elle n'était pas encore tout à fait habituée à la vie en forêt. Cela faisait plusieurs années pourtant elle n'était pas encore capable de savoir comment se débrouiller sans une aide extérieure telle que les marchands et autres. Comment réaliser une aiguille à partir d'un os ? Devait-elle le couper à l'aide de son poignard puis le polir à l'aide d'une pierre spécifique ? Y avait-il d'autres façons de faire ? Elle connaissait l'essentiel de la guérison par les plantes, voir même une grande partie cependant il y avait d'autres choses qu'elle ignorait. Lorsqu'il lui manquait quelque chose qu'elle ne pouvait réaliser elle-même à cause du manque de connaissance ou de l'absence de matériel adéquat, elle devait aller en ville. Ce n'était jamais bien compliqué, toujours facile même cependant ici ce n'était plus pareil. Tout d'abord il n'y avait pas trace d'activité humaine et même si elle avait déjà traversé la forêt de long en large – ou presque – et atteint la lisière opposée...elle n'avait jamais aperçu les courbes d'un quelconque village.

    Son regard fixant la danse des flammes sans la voir, elle songeait à ce qu'elle allait faire après avoir aidé ce nouveau venu. Elle se contenterait de le prévenir de certaines choses puis s'en irait, elle n'avait nullement besoin de s'encombrer de quelqu'un sauf si c'était nécessaire et elle le ferait sans problème, prenant même plaisir à l'aider mais...mais elle était libre et ne désirait qu'une brève compagnie, l'apprécierait le temps qu'elle durerait et ne la regretterait pas une fois partie. Elle était libre et sauvage, comme le vent...mais était-il normal qu'une personne revint à sa mémoire ? Elle ferma les yeux et cessa de résister pour s'allonger, jetant un long regard à Shad auquel il répondit d'un regard lui aussi, tentant de comprendre ce qui se trouvait au fin fond des iris noirs et dorés de sa compagne. Il n'y trouva qu'un ordre. Rester où il était. Ne pas toucher à la nourriture. Ou risquer de finir en couverture. En paillasse. En toque. En fourrure. Il voit la menace mais ne la sent pas, là où il aurait dû être effrayé il ne l'était pas, là où n'importe qui aurait exprimé danger et menace, elle ne faisait que prévenir gentiment. Il sait qu'elle ne le ferait pas, pourtant il s'abstient de la contrarier, s'il l'aime de tout son cœur il ne la connait pas encore tout à fait. Il ronronne légèrement puis, lentement, s'allonge sans la quitter des yeux, voyant que son regard l'avait déjà quitter pour observer la voûte lumineuse du ciel, cessant simplement de voir le monde qui l'entourait. Elle cessa de voir pour entendre et penser, réfléchir, songer...se rappeler. Tout d'abord survint le visage de son père, avachis dans son fauteuil, le regard fixé sur les images de la télévision sans les voir, un masque de tristesse formant son visage, anéantissant ses efforts de paraître encore un tant soit peu heureux. Juste anéantis par la perte de sa femme, de sa tendre et douce...de celle qu'il aimera à jamais jusqu'à sa mort sans pouvoir se remettre de sa disparition. Elle l'avait tué, l'avait libéré. Aurait dû en être fière mais ne ressentait qu'une douleur indescriptible. Elle ferma les yeux un bref instant. Dans l'obscurité de ses paupières blanches dansaient encore la forme des flammes dans quelques étranges lumières mais autre chose survint. Cheveux blancs. Mèche orange. Yeux verts. Visage d'ange. Un nouveau soupire perça la barrière de ses lèvres tandis qu'un mouvement attira son attention. En réalité c'était davantage le bruit que le mouvement puisqu'elle avait les yeux fermés mais le résultat était le même.

    Elle se redressa légèrement, s'asseyant en tailleurs, posant son regard masqué sur la forme qui commençait à remuer, le regard rivé sur le ciel. Il avait posé son bras sur son visage, soupira sans quitter le ciel du regard. Il se redressa légèrement sur un coude après avoir posé son regard sur elle, tentant apparemment de la voir avec plus de précision. Elle put le détailler avec plus d'attention malgré le reflet des flammes qui dessinait des ombres mouvantes sur son visage d'une pâleur cadavérique. Il fallait qu'il mange. A la lueur des flammes, elle put voir la rougeur qui s'était brusquement emparée de son visage, animant de couleurs rassurantes la pâleur de son visage. Elle lui sourit puis, étrangement, il se rallongea. Ah on, ça, pas question ! Elle le rejoignit en marchant à quatre pattes, jugeant inutile de se lever pour le peu de distance qui la séparait de lui. Elle s'allongea près de sa tête et, relevant légèrement le torse du jeune homme, elle posa sa tête sur ses genoux puis tira la feuille sur laquelle se trouvait les morceaux de viande jusqu'à elle.


    - Tu devrais manger, ça te fera du bien et puis tu pourras plus facilement bouger mais ne pense pas que l'effet sera immédiat.

    Elle lui adressa un sourire rassurant puis attrapa une lanière de viande cuite entre deux doigts qu'elle porta à la bouche du naufragé, il était un peu plus vieux qu'elle mais pas de beaucoup. Il devait même être de son âge mais elle ne pouvait en assurer, l'âge de l'homme n'étant généralement pas précis selon son apparence mais elle ne pensait pas se tromper en pensant qu'il devait avoir dans les alentours de vingt ans. Shad s'était rapproché, rampant discrètement jusqu'à se trouver à quelques pas de la jeune femme, son regard curieux scrutant le visage de l'autre vertical qu'elle était en train de nourrir. Il avait de la chance, lui ! Elle ne l'avait jamais nourrit à la main, il avait beau être plus jeune que ce bipède à la peau pâle, elle n'était pas aussi attentive à lui qu'à cet homme. C'était vexant, frustrant et injuste ! En attendant que l'étranger daigne manger la viande qu'elle lui présentait, elle en prit un morceau et le mangea, elle aussi avait faim et elles étaient justement cuites, délicieuses et à la température idéale. Succulent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Jeu 5 Mar - 23:18

Il n’avait pas la force de faire quoi que ce soit… Cette vérité était terriblement frustrante, lui qui détestait être un poids, un fardeau pour qui que soit. Ce n’était pas l’idée d’être redevable, mais plutôt l’idée d’imposer à quelqu’un ses problèmes. Cependant, son impuissance le frustrait plus qu’il ne pensait, et il se doutait que son état ne lui permettrait pas de se débrouiller par ces propres moyens. Il entendit le sable se froissait sous les mouvements de la jeune fille. Elle se rapprochait de lui, s’immobilisant suffisamment proche pour pouvoir soulever sa tête et la placer sur ses genoux. Il ne put réprimer le rougissement qui lui chauffait les joues. Sa voix résonna dans la nuit. Plus habitué à entendre des sons, il eut l’impression qu’elle avait hurlé. Le son résonnait dans sa tête, provoquant une douleur sournoise au somment du crâne. Il ferma un instant les yeux et la douleur passa, aussi rapidement qu’elle était arrivée.

Il lui adressa un sourire rassurant. Il sourit à son tour, trouvant le sien très charmant. Elle était très jolie, maintenant qu’elle était suffisamment proche pour qu’il la vue. Il s’inquiétait d’ailleurs de ce problème, ses yeux toujours aussi fatigué. L’odeur de la viande lui chatouillait les narines. La jeune femme tenait un bout devant sa bouche, attendant que ce dernier l’ouvre pour manger. Il aurait préféré le prendre dans sa main pour le manger lui-même mais il l’aurait peut-être chagrinée. La voyant elle-même en prendre un morceau, il entrouvrit ses lèvres et avala le morceau qu’elle lui présentait. N’ayant rien mangé depuis la veille, il trouvait le met délicieux. Il réalisait alors à quel point il avait faim, son estomac désespérément douloureux à force de réclamer un petit quelque chose à dégrader. Il aurait engloutit toute l’assiette qu’avait préparé la jeune fille. Mais il se contenta d’attendre qu’elle lui offre un nouveau morceau.

_ Qui êtes-vous, charmante demoiselle ? Où sommes-nous … ?

Il avait la gorge en feu, et sa voix était chevrotante. Son bain forcé ne lui avait vraiment pas été favorable. Il avait tellement de chose à lui demander, qu’il ne savait par où commencer, il attendait qu’elle réponde déjà aux premières questions qu’il lui avait posées. Ses pensées vagabondèrent au large, vers sa petite Emi, qui devait s’inquiétait, et il espérait ardemment que l’étrangère lui annonce qu’il se trouvait sur une petite perdue au sud du Japon, pas trop loin pour pouvoir être retrouvé rapidement. La théorie était, certes, bénéfique, mais il valait mieux avoir un minimum d’expérience de ce genre de situation. Il avait déjà failli mourir, il espérait donc retrouver la civilisation au plus tôt avant de trépasser pour de bon. Il regarda de nouveau cette étrangère qui lui avait sauvé la vie… comment allait-il pouvoir la remercier suffisamment pour tout ce qu’elle avait fait ?


Dernière édition par Soshiro Haruko le Ven 6 Mar - 17:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Ven 6 Mar - 11:37

    Elle n'avait pas réellement faim. En réalité n'avait jamais faim ou alors très rarement puisqu'elle répondait aux besoins de son corps avant que celui-ci ne se manifeste, bien connaître son corps est nécessaire mais il lui arrivait parfois de le négliger, d'ignorer les signes alarmants signalant fatigue, tension ou autre. Ce soir-là, elle n'avait pas envie de manger. Son esprit était accaparé par ce qui s'était passé dans la forêt mais également par la perte de son père. Malgré le temps passé, le souvenir était encore vif dans sa mémoire et il lui arrivait de se réveiller, de regarder ses mains et d'avoir l'illusion du sang. L'illusion de ses mains couvertes du sang de son propre père qu'elle avait assassiné. Elle n'avait plus de parents. Plus de famille. Elle était seule au monde et aurait put s'en sentir anéantie si elle ne jugeait pas cela comme une opportunité. Si sa solitude lui pesait énormément, si la perte de son père était une plaie béante dans sa poitrine, elle pensait qu'à l'avenir elle n'aurait plus à souffrir de la perte d'un être cher. C'était pour cette raison qu'elle restait quelque peu distante avec Shad tout en se montrant d'une incroyable générosité à son égard et se montrait douce et attentive...Cela n'empêchait pas que, parfois, elle soit froide avec lui. Elle avait peur, un peu comme un animal sauvage confronté à un humain. Ce dernier n'étant pas armé, elle - en temps qu'animal sauvage - pourrait le considérer comme inoffensif mais elle craignait les humains et ils étaient dangereux alors elle menaçait avant de l'être. Voilà ce qu'elle faisait. Elle mettait une distance entre elle et le petit afin de ne pas souffrir, plus tard, de son départ lorsqu'il ne manquerait pas de la quitter pour rejoindre une sombre forêt où il vivrait sa vie de félin sauvage. Le rêve qu'elle avait eut lorsqu'elle dormait en compagnie de Yahwë était suffisamment explicite pour qu'elle n'ignore pas les avertissements que son subconscient lui lançait.

    Son regard posé sur le jeune homme, elle attendait qu'il daigne prendre le morceau de viande puis, une fois fait, elle en attrapa un autre et le lui proposa également. Elle ne prit pas d'autres lanières de viande pour elle-même, cessa simplement de manger. Elle n'avait pas faim et ses souvenirs lui ôtaient tout envie de se nourrir de toute façon. Shad, en revanche, lorgnait la nourriture d'un regard envieux. Un sourire délicat étira ses lèvres et elle écarta quelques morceaux qu'elle finit par tendre à l'animal de sa main libre. Heureux comme un enfant devant le meilleur jouet du monde, il se jeta sur la viande et l'avala tout rond avant de lécher les doigts de son humaine afin de recueillir le jus de la viande qui demeurait. La question de l'étranger attira son attention. Étrangement, elle ne se sentait pas très loquace ces derniers temps, sans doute trop plongée dans ses sentiments pour entretenir une conversation correcte. Le jeune homme aux cheveux blancs et aux yeux verts accaparait son esprit à l'instar de ces étranges évènements survenu dans la forêt concernant la nature et puis...il y avait le souvenir de son père. Tout cela c'était trop pour elle, elle avait besoin de quiétude et son esprit le lui refusait.


    - Je me nomme Alecia Deveria, tu peux m'appeler Alec ou à ta guise.

    Elle lui adressa un sourire amical puis reprit d'une voix pensive :

    - Nous sommes...sur une île déserte inconnue, cela fait quelques jours que je suis arrivée et n'ai rencontré que deux personnes, un jeune homme...et toi. Depuis mon arrivée il se passe de nombreuses choses étranges, je te conseille d'ailleurs de ne pas t'aventurer en forêt, pour quelqu'un qui ne sait pas vivre dans un endroit aussi dangereux et sauvage ce serait mortel. Et toi, comment t'appelles-tu ?

    Curieuse à son tour, elle le détailla du regard, scrutant son visage avec intérêt. Il y avait des yeux marron chocolat, mais plus clair encore. Une couleur curieuse qui donnait une apparence un peu particulière à son regard qui lui plaisait. Ses cheveux étaient noirs et soyeux, glissant sur son visage en un rideau fin et délicat. Sa peau était pâle du fait de son état actuel qui n'avait rien d'engageant puisqu'il sortait tout de même d'un naufrage en quelque sorte, cependant malgré la pâleur de sa peau elle devinait un hâle doré semblable au sien. Fin et musclé, il devait sûrement pratiquer un sport ou en avait fait durant longtemps et entretenait encore sa forme physique. Elle ne pouvait affirmer cela mais elle savait que, en tout cas, c'était un jeune homme fort charmant et agréable à regarder. Il était grand aussi, plus qu'elle sans le moindre doute, il devait la dépasser d'une tête au moins si ce n'était plus. Sa taille - à elle - ne la dérangeait pas le moins du monde. Loin d'être complexée sur le plan physique, elle n'était gênée que par une chose : son esprit qui ne cessait de la tourmenter.

    - Tu penses pouvoir te nourrir tout seul où es-tu encore trop faible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Ven 6 Mar - 17:30

C’était tout de même agréable d’assouvir ses besoins, lorsque son corps appelait de toutes ses forces. Il réfléchissait aux différents évènements qui s’étaient produit depuis qu’il était ici… il avait vraiment du mal à cerner les lieux. Mais il n’était plus seul, il avait un ange gardien magnifique, pour veiller sur lui. Il l’observait à la dérobée, conscient que c’était mal élevé de dévisageait les gens, et il avait peur de la vexer. Il avait décelé dans ses yeux une lueur de tristesse, qu’il ne pouvait pas comprendre, évidement. Mais il ne pouvait pas aller contre sa nature, et il s’inquiéta pour cette jeune femme qu’il ne connaissait pas. Elle était… absente. C’était ce qui qualifier le mieux l’impression qu’il avait. Tournant légèrement la tête, il aperçut une boule de poils qui se trémoussait, ravi de manger de cette délicieuse viande. C’était apparemment la créature qui était apparu dans ses songes quelques heures plus tôt. Maintenant, il voyait clairement que la bête était un petit tigre, et son pelage vif lui donnait l’impression d’être enflammé. C’était touchant de la regarder nourrir cet animal. Mais elle répondit à ses questions et sa voix une fois encore résonna dans sa tête, moins fort néanmoins. Il essaya de dissimuler la grimace qui apparut sur son visage.

Je… vous remercie, Alécia… Merci… beaucoup… Je m’appelle… Haruko.


Il cessa de parler, entraîné dans une crise de toux provoquée par l’irritation de sa gorge en feu. La jeune femme avait continué de lui répondre et ses déclarations laissèrent Haruko sans voix. Le choc lui avait coupé le souffle et il arrivait avec peine à respirer. Une île déserte inconnue ? Cela voulait dire que ça allait mettre plus de temps pour qu’on le retrouve, enfin les… puisqu’il n’était pas le seul à être échoué sur cette île. Elle l’avait mise en garde contre la forêt également. Étrangement la première fois qu’il avait vu cette végétation tropicale, dense et inhospitalière, il avait décidé de ne pas s’en approcher. Ce retrouvant à déambuler sur le sable chaud, le soleil le desséchant un peu plus au rythme de ces efforts. Mais selon la ravissante… blonde ? qui lui faisait face, il y serait mort encore plus certainement que sur le sable, à suer toute l’eau de son corps, favorisé par le sel. Il reporta son attention sur les choses étranges qui se produisaient. Est-ce que l’illusion dont il avait été victime en faisait parti. Il n’eut pas le temps de se poser plus longtemps cette question. La demoiselle lui demandait s’il pouvait se débrouiller seul. Il avait été gêné de voir qu’elle s’occupait de lui, et voulait pouvoir se débrouiller seul, mais bizarrement, cette réflexion le chagrina, s’imaginant qu’elle ne souhaitait plus s’encombrer de lui justement. Il était déçu. Mais il acquiesça.

Je pense que ça ira… Merci beaucoup…

Haru se redressa sur ses bras pour s’asseoir, lassé d’être allongé sur le sol. Il réussit cette fois, sans trop de difficulté. Son organisme commençait à s’éveiller. Une fois sûr de son équilibre, il tenta de faire face à la jeune fille qui l’avait sauvé. Il avait encore beaucoup de questions, et ses réponses en avaient évoqué de nouvelles. Il était concentré à essayer de comprendre la situation. Tout son esprit était à l’affut de la moindre étincelle de compréhension. Il ne devrait peut-être pas se fatiguer en cherchant de réponses qui pouvaient attendre, mais c’était plus fort que lui, et l’idée de vivre comme Robinson Crusoe sur son île perdue ne le réjouissait guère. Il avait des obligations à Tokyo, sa fiancée qui l’attendait pour leur mariage, son père qui comptait sur son aide, ses frères et sœurs qui avaient prévu de lui laissait ses neveux pour partir en vacances, son patron qui allait être furieux de devoir trouver un remplaçant, la librairie laissée aux mains de Sora, et le congres auquel il était invité… Il n’avait tenu aucun de ses engagements depuis qu’il était ici, et à Tokyo, tout le monde devait s’inquiétait, qui plus est. Il devait découvrir où il se trouvait… Même si cela impliquait qu’il se tritura l’esprit jusqu’à la migraine.

Vous avez parlé de choses étranges… Je… J’ai aussi vu quelque chose de très étrange la nuit où je me suis évanoui ici… J’avais essayé de faire de feu, sans succès. Cela m’avait rendu furieux… et j’ai vu des étincelles surgir de mes points et embrassait le bucher qui se trouve ici… Est-ce ce genre de genre de choses étranges dont vous parler ?

Il avait peur de passer pour un fou, regrettant sa curiosité et son empressement. Peut-être que cela avait fais parti du rêve incroyable qu’il avait fait pendant plus de douze heures. Et il avait pris un de ses délires pour la réalité. En y réfléchissant, cela ne pouvait pas être possible, cette histoire relevait du merveilleux, et il ne se trouvait pas dans la mystérieuse contrée de la Terre du Milieu, de J.R.R. Tolkien… Il devait se faire une raison… il avait pris un bon coup de soleil sur la tête et maintenant il en subissait encore les conséquences. Il regardait les flammes dansaient dans la nuit, dessinant des ombres inquiétantes tout autour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Ven 6 Mar - 18:21

    La quinte de toux qui le secoua l'alarma tandis qu'à côté d'elle, Shad se faisait un régale en léchant toujours ses doigts englués de graisse animale au goût succulent. Elle passa brièvement sa main sur le haut du crâne de l'animal et s'empressa d'attraper sa gourde d'eau qu'elle tint prête, une fois qu'elle le jugerait nécessaire, elle le lui donnerait, pour l'instant il semblait plutôt réfléchir et elle ne désirait pas le déranger. Stupide et sans doute enfantin mais elle ignora ce fait, se contentant de réfléchir à son tour. Le...l'évènement de la forêt demeurait gravé dans sa mémoire. Par deux fois la terre avait agit dans son intérêt, par deux fois la mère nature l'avait aidée. La première fois alors qu'elle était encore faible et qu'un animal sauvage avait entreprit de l'attaquer - et qui n'était en réalité que Shad. La seconde lorsqu'elle avait croisé un troupeau de cervidés dans la forêt et les branches, lianes et autres racines s'étaient dressées pour s'emparer d'une biche, lui briser les jambes puis l'achever en vitesse en lui brisant la nuque. Ces deux fois-là, Alecia avait songé à une aide extérieure, pensant qu'une personne pouvant commander à la terre la suivait et l'aider lorsqu'elle en avait besoin mais cette excuse ne fonctionnait plus. Elle l'aurait sut si quelqu'un s'était trouvé avec elle en forêt. Elle n'avait pas vécu dans des environnements sauvages pour rien, ses sens étaient plus affûtés et elle n'avait décelé aucun mouvement. Personne ne la suivait. Personne ne l'aidait. La terre avait juste décidé de l'aider...sans doute. Ou, autre solution, elle était simplement bonne à enfermer.

    Elle leva les yeux tandis qu'il se redressait, tentant d'imprimer dans sa tête le nom qu'il lui avait donné : Haruko. Seulement son prénom. Pas son nom. Peu lui importait, ce n'était pas cela qui allait la déranger bien loin de cela. Tandis qu'il se redressait lentement, prenant garde de ne pas malmener son corps affaiblit, elle poussa vers lui la feuille sur laquelle étaient posés les morceaux de viande qu'elle avait cuite et qui étaient maintenant froid. Ce n'était pas déranger, froide ou chaude, une fois cuite la viande restait délicieuse à manger. De ce même mouvement, elle resserra ses jambes contre sa poitrine et les entoura de ses bras, posant son menton sur ses genoux et fixant son regard masqué sur l'étranger qui n'en était plus réellement un. Elle avait bien raison : c'était un japonais, il parlait bien la langue et avait l'accent cependant...pourquoi ne parvenait-elle pas à se montrer joyeuse comme elle en avait l'habitude ? Pourquoi son cœur était-il gris ? Elle poussa un profond soupire puis écouta ses paroles, se concentrant afin d'en extraire les éléments réellement importants. Lorsqu'elle comprit où il voulait en venir, elle sursauta et ficha ses yeux dans les siens, le fixant intensément sans parvenir à savoir s'il se foutait d'elle ou s'il disait la vérité. Elle détourna le regard puis fixa les flammes, il ne pouvait mentir ni même tenter de la piéger pour essayer de lui faire avouer qu'elle était bel et bien folle. Durant tout ce temps il était inconscient et durant le premier évènement pour le moins étrange, il n'était pas là. Elle soupira puis le regarda à nouveau, pesant le pour et le contre durant un bref instant puis elle parla :


    - J'ai...je...oui, moi aussi. Mais pas avec le feu. Avec la terre et de façon plus marquée qu'une étincelle. Un dôme de terre protecteur, des branches et des racines qui s'étirent. Ce sont elles qui m'ont permis d'attraper la biche que tu es en train de manger.

    Elle eut un pauvre sourire puis elle attrapa d'une main la gourde qu'elle lui tendit gentiment.

    - Tu devrais boire un peu, ça apaisera l'irritation de ta gorge et ne t'embarrasse pas, il y a une source non loin d'ici je peux la remplir quand je veux.

    Une fois qu'il eut prit la gourde, elle tendit la main vers Shad et celui-ci se leva pour venir se blottir contre sa cuisse, ronronnant à chaque expiration, marquant le plaisir que lui faisait ces marques d'attention aussi rares qu'agréables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Ven 6 Mar - 21:48

Haru espérait qu’elle répondit à ces questions, qu’au moins elle réagisse à la révélation qu’il lui avait fait, lui assurant qu’il était fou, ou alors qu’il avait raison. Mais il ne voulait pas qu’elle resta prostrée dans le silence qui l’entourait depuis qu’il s’était éveillé. Elle lui avait parlé si peu, et juste le strict minimum, qu’il s’attendait à ce qu’un malaise s’installa entre eux deux. Mais ce n’est pas le cas. Le silence qui régnait paraissait naturel. Les mots étaient de trop et le calme était plus agréable. Mais elle avait réagit lorsqu’elle avait entendu ses paroles. Elle n’allait peut-être pas le prendre pour un fou. Il regarda un moment ses mains, cherchant le trucage qui lui avait permis de projeter des étincelles sur le bois mort qu’il avait cumulé. Il aperçut ensuite assiette de fortune, qu’elle avait déplacée pour qu’il puisse manger à sa guise. Il prit un morceau pour le mastiquer en écoutant cette mystérieuse inconnue, qui lui avouait ses mésaventures à elle aussi. Il ne saisissait pas le fond du problème.

Ca veut dire… que l’on peut contrôler les éléments… ?

Il avait murmuré cette phrase, plus pour lui permettre d’avancer dans ces investigations. Il regardait son interlocutrice, intrigué. Il aurait bien aimé pouvoir l’aider à retrouver le sourire… Mais il imaginait que de l’a prendre tendrement dans ses bras pour la réconforter n’était pas forcément la solution. Il s’observa un instant… Il était si sale, le sable avait collé sur sa peau à cause de la pellicule de sueur qui avait perlé durant la fièvre qui le terrassait. Il se sentait très mal à l’aise tout à coup, et se demander s’il ne pouvait pas aller se baigner un instant dans la mer qui était à deux pas… Avec le feu qui éclairait la plage, il ne risquait pas de se noyer dans les petites vagues du rivage. Il fallait encore qu’il puisse se lever pour y aller. Alécia lui offrit la gourde d’eau qu’il vida en grande partie, assoiffé. Il avait toujours un arrière goût salé dans la bouche. Il restait un morceau de viande et il le présenta à la petite bête qui s’était lové contre la cuisse de sa maîtresse. Sans bouger, il parvint à le gober. Haru éclata de rire. C’était vraiment trop mignon pour y être insensible.

Quel est son nom ?


L’homme s’amusait à passer son doigt devant le museau de l’animal, qui s’amusait à le mordillait. Il se décida à se lever pour voir s’il en était capable. Après avoir retrouvé son équilibre vertical, il entreprit de faire quelques pas dans le sable, riant de son propre ridicule. Il essayait de voir ce que ses deux camarades pouvaient voir et il ne pût réprimer le fou rire qui l’envahissait. Il faisait l’idiot sur ses deux pieds. Sa bonne humeur étant peut-être un contre coup. Puis il se dirigea vers la mer pour marcher dans l’eau. Il se sentait léger, cette nouvelle liberté le remplissait d’allégresse. Il se tourna pour faire signe à ses nouveaux amis de le rejoindre, après tout, il ne faisait pas trop chaud, un bain de minuit serait agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Sam 7 Mar - 17:58

    Contrôler les éléments ? Quelle étrange idée. A ses paroles, plus pour lui-même qu'adressé à la jeune femme, elle le fixa d'un regard curieux et intrigué. On ne pouvait contrôler les éléments, c'était impossible, inconcevable. Contre nature. On pouvait les manipuler, s'en servir si on avait la bonne méthode et la technique adaptée. On pouvait se servir du feu et, si on savait comment, on pouvait l'allumer puis cuire les aliments, de même que pour l'eau. Avec le temps les humains étaient parvenus à détourner une rivière par exemple ou à en créer une mais l'eau restait libre. Si un jour un caprice la prenait, la rivière pouvait déborder et envahir l'espace humain. On ne contrôlait pas un élément ou alors c'était une illusion chez les plus orgueilleux. Elle ne prétendrait jamais contrôler un élément, jamais. Elle était trop terre à terre sans doute et puis...elle était trop respectueuse vis à vis de la terre pour songer un seul instant à la contrôler, à lui imposer sa volonté. Elle secoua la tête. Non, c'était impossible et cet homme en face d'elle était sans doute trop présomptueux ou encore atteint par la fièvre qui l'avait maintenu affaiblit durant quelques jours. Il était impensable qu'elle fut douée d'un pouvoir alors que d'autre ne le possédaient pas...en admettant qu'il eut raison ce qu'elle refusait catégoriquement. La nature était libre et sauvage, tout comme elle, personne ne pouvait manipuler le feu, l'air, la terre ou l'eau même avec toute la volonté du monde. Cette île était peut-être vivante. A cela elle voulait bien y croire, plus qu'à un hypothétique pouvoir qui aurait surgit lors de son arrivée. Non, cette île était vivante et protégeait sans doute ses habitants. Un sourire étira ses lèvres, elle ne préférait tout de même pas trop conter sur cette possibilité pour le moins...improbable mais y songeait sans problème.

    - Je préfère penser que cette île est vivante, c'est plus beau qu'un quelconque pouvoir et puis...à mes yeux c'est plus probable.

    Elle sourit à nouveau puis, soudain rassurée, elle caressa délicatement Shad tandis que le jeune homme nommé Haruko tendait le dernier morceau de viande à la petite peluche. Étendant son cou jusqu'à pouvoir happer la nourriture, l'animal se lécha les babines d'un air ravi, visiblement peu enclin à quitter sa position actuelle dans laquelle il se sentait trop bien pour la sacrifier. Quoique...on ne refusait pas de nourriture, cela ne se faisait pas alors peut-être que...oui, peut-être aurait-il put bouger finalement mais il n'en était pas sûr. Et puis les doigts de la jeune femme courant sur sa fourrure, l'effleurant délicatement, étaient un véritable délice, il aimait cela si intensément qu'il se mit à ronronner tandis qu'il mordillait doucement le doigt tendu d'Haruko. Celui-ci venait de poser une question à sa maman qui, lentement, posa son regard sur le jeune félin avant de revenir au vertical qui l'accompagnait :

    - Il s'appelle Shad. Cela ne fait pas bien longtemps qu'il m'accompagne mais il refuse de me quitter, je dois avouer que ce n'est pas bien pratique en cas de chasse.

    Un nouveau sourire amusé étira ses lèvres tandis que, petit à petit, la brume de son esprit se dissipait, dévoilant un soleil pour l'instant timide. Tout cela n'était que métaphore mais une chose était sûre : son trouble et la tristesse qui l'empoignaient un instant plus tôt commençaient à s'en aller, la laissant plus calme et posée. Puis, sous son regard attentif, le jeune homme tenta de se relever par ses propres moyens. Vacillant par moment du fait de l'état de faiblesse dans lequel il était, état qui s'améliorait au fil du temps qui passait et qui commençait à disparaître grâce à la nourriture qu'il avait avalé et à l'eau qu'il avait bu. Il retrouva peu à peu son équilibre, il fit quelque pas en riant de son propre état. Son elle, mieux valait en rire qu'en pleurer et puis cela la fit sourire également jusqu'à ce qu'il fut prit d'un fou rire auquel elle ne put résister et elle rit également, avec lui. Lorsqu'il rejoignit l'eau, elle se releva, le suivant du regard afin de pouvoir intervenir à n'importe quel moment au cas où il finirait par s'effondrer ou quelque chose dans ce goût là. Puis, se tournant vers eux, il leur fit un signe, leur proposant de le rejoindre dans un bain du soir. Shad ne semblait pas réellement d'accord, aussi resta-t-il allongé dans le sable tandis que sa compagne rejoignait l'eau d'une démarche incertaine. Son dernier séjour dans l'eau était encore vif dans sa mémoire et...et elle n'avait pas vraiment envie d'y retourner, pas encore. Ce n'était pas vraiment de la peur, elle n'était pas hydrophobe et ne l'avait jamais été mais elle devait avouer qu'elle redoutait de retourner dans l'eau. Inconsciemment, elle se cherchait des excuses pour ne pas entrer dans l'eau. La mer était calme pourtant, quelques vagues venaient mourir sur le sable mais elles étaient faibles...alors elle songea qu'un séjour dans l'eau, avec sa blessure, serait trop douloureux. Le sel s'attaquerait aussitôt à sa plaie et cela lui ferait mal...une excuse valable qu'elle pourrait bien offrir à Haruko pour justifier le fait qu'elle ne voulait pas aller dans l'eau.

    Elle ne dit rien et, prudente, retira ses chaussures qu'elle laissa à l'abri de l'eau salée ainsi que son pantalon et son corset, restant en sous-vêtements sans ressentir la moindre gêne. L'eau n'était pas froide, elle était plutôt tiède et agréable...sûrement à cause de la chaleur étouffante qui régnait sur l'île. Elle inspira profondément puis fit un pas, puis un autre, respirant calmement puis finit par se retrouver avec de l'eau jusqu'à la taille. Rien n'était arriver et malgré l'eau qui avait atteint le bandage qui enserrait son flanc droit, aucun picotement désagréable n'était venu la faire souffrir. Aucune excuse valable donc. A part sa réticence, son début de peur qu'elle décida de vaincre d'un coup. Son corps s'arqua et elle bondit dans l'eau dans un plongeon harmonieux, son corps décrivant une courbe gracieuse avant de disparaître sous l'eau. Elle réapparut plus loin, son visage masqué encadré par ses cheveux trempés plaqués contre son visage, un sourire léger aux lèvres :


    - L'eau est bonne, tu peux venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Sam 7 Mar - 19:56

L’eau qui léchait ses pieds était agréable, et il trouvait la température de l’eau idéale pour un bain. Il avait conscience de délirer un minimum. Il venait à peine de se remettre d’une noyade évitée et d’une insolation carabinée, mais son optimisme habituel le poussait à profiter de la situation. Même s’ils étaient perdus sur une île déserte. Cela aurait été dommage de ne pas profiter du climat idyllique qui les entourait. Il se promettait d’emmener Emi en lune de miel sur une des îles Fuji, trouvant le décor actuel propice à leur bonheur. Il marchait sur la bande de sable humide, de légères vagues s’écrasant mollement sous ses pas. Il avait gardé son pantalon pour le moment, envisageant éventuellement de le conserver lorsqu’il irait plus loin dans l’eau. Les jambes étaient déjà humides jusqu’au niveau du genou, l’eau étant absorbée par le tissu à chaque remous. Il avait entendu la jeune femme rire lorsque lui-même avait succombé au fou rire qu’avaient provoqué ses singeries initiales. En son for intérieur, il se félicitait de lui avoir rendu le sourire, et le rire d'Alécia avait retenti aussi harmonieusement que le chant de l’eau d’une cascade.

Il leur avait signe de le rejoindre, son corps ne semblait pas disposé à s’effondrer en dehors de sa volonté. Il avait donc l’intention de profiter de son hypothétique forme, tant qu’il en disposait. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle le rejoignit, imaginant qu’elle souhaitait plutôt rester près du feu, en compagnie de son chat, Shad, qui roucoulait de bonheur. Mais elle l’avait suivi, abandonnant l’animal, qui n’était pas disposé à approcher de l’eau outre mesure. Le félin avait des reflexes identiques à ceux qu’il avait déjà vu dans des zoos, ne s’approchant de la marre au centre de leur enclos qu’avec une infime précaution. C’était bien connu, les félins n’aimait pas l’eau. Il revoyait le chat d’Emi faire le capricieux devant la porte d’entrée, refusant de sortir lorsqu’il découvrait les fils argentés qui tombaient du ciel, alors qu’il avait fait tout un cirque pour pouvoir s’évader de la maison, dans l’espoir de chasser quelques animaux innocents qui auraient le malheur de croiser son chemin. Ce chaton lui ressemblait en tout point, mis à part la couleur. Dark – Haru souriait souvent en constatant l’apparente originalité dont avait fait preuve Emi lorsqu’elle lui avait donné ce nom - était un angora au poil bleu-gris caractéristique de sa race, si sombre qu’il en paraissait presque noir, et il avait la même taille que cette boule de poil, alors qu’il avait déjà une dizaine d’année.

Haru observa la jeune femme, qui s’approchait de l’eau. Il détourna machinalement son regard lorsqu’elle ôta ses vêtements pour se diriger ensuite vers l’eau. Une bouffée d’excitation l’avait submergé, étouffé dans ses pensées suggestives qui avaient sournoisement assailli son esprit. Il observait à la dérobée son corps sensuelle s’enfonçait dans l’encre noire qui s’étendait à l’infini, ne formant plus qu’un avec la voûte céleste. Il nota un tatouage qui recouvrait son dos, aux traits compliqués et plutôt abstraits. Il cherchait ce que pouvait représenter ces dessins, mais la luminosité était trop faible pour pouvoir discerner précisément les contours. De plus, ses contours à elle était plus intéressants. Revenant sur Terre brutalement, il secouait la tête pour chasser ses idées qui n’avaient pas lieux d’être. Il avait également remarqué son pansement, qui la couvrait sur le pourtour de la taille. Inquiet, il se demandait quelle blessure était la cause de ce bandage. Il entreprit d’enlever son pantalon également. Se retrouver en sous-vêtements ne la déranger peut-être pas, étant suggéré par sa facilité à se déshabiller, il souhaitait suivre son exemple, même si son pantalon aurait également apprécié un bon bain. Il se retrouva rapidement en caleçon, et il se sentit alors très vulnérable. Elle avait disparue sous l’eau et la surface avait été plane un court instant lorsqu’elle réapparut, l’invitant à la rejoindre.

Sur ce, il s’engagea à son tour dans l’eau, faisant de grandes enjambées jusqu’à ce que la mer atteigne ses reins. Il plongea à son tour, puis rejoignit la sirène d’une brasse rapide. Il se sentait dans son élément, rafraîchi par l’eau qui n’était pas si froide, et apaisé de ne plus être soumis à son poids, porté par l’eau. La poussée d’Archimède. Quelle agréable réaction de la nature physique de l’eau, plus dense que lui. La physique… La logique… Ses réflexions le ramenèrent vers ces phénomènes étranges et paranormaux. Il repensa également à ce qu’Alécia lui avait répondu, lorsqu’il avait pensais à voix haute. L’idée se tenait, mais son expérience personnelle l’incitait à envisager sa propre hypothèse comme valide.

Honnêtement, je ne sais pas ce qui le ai le plus fou… Avoir le pouvoir de contrôler les éléments, ou alors l’île vivante… Je crois que la solution doit être encore plus tordue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Dim 8 Mar - 14:27

    Nager était agréable, ne plus sentir son poids même si ce dernier ne la dérangeait pas outre mesure lorsqu'elle était sur la terre ferme. Son corps faisait partit d'un tout, il ne tenait qu'à elle de le rendre aussi léger qu'une plume, la supériorité de l'esprit sur le corps...le mélange des deux était redoutable et elle pouvait voler, il lui suffisait de le vouloir. Bondir de branche en branche était dangereux voir mortel mais cela ne l'avait jamais atteint, c'était à elle de faire attention, de prendre garde à ne pas commettre une erreur et si jamais cela venait à survenir c'était elle qui devrait se tirer de ce mauvais pas par ses propres moyens. Sauter dans le vide, se rattraper au dernier moment, relâcher prise puis sombrer dans une chute sans fin...jusqu'à s'arrêter efficacement en usant de tout ce qui se trouvait aux alentours : rocher, branche, liane, tronc...falaise. Elle avait déjà volé, se souvenait encore de cette sensation enivrante qu'elle avait alors ressentit puis l'arrêt brutal qui en avait résulté, le choc infernal de la mer sur sa tête puis sa nuque comme si elle avait percuté une surface dure plutôt que de l'eau. Mais c'était bien connu : l'eau était au moins aussi compact que le sol, elle aurait du arquer son dos, plonger tête la première et le corps tendu tel une flèche filant dans le vent...alors tout aurait été pour le mieux, elle n'aurait pas perdu connaissance, elle ne se serait pas retrouvée sur cette île déserte et mystérieuse. Mais regrettait-elle seulement sa présence sur cette île ? Pas réellement, ou plutôt son avis était mitigé et dépendait du moment, selon ce qui lui arrivait et ce qui l'entourait. Lorsqu'elle avait rencontré Haruko, ou plutôt avait trébuché à cause de lui, elle ne demandait qu'une seule chose : quitter cette maudite île...tout ça à cause du petit tigre.

    Ce souvenir lui tira un sourire et elle songea que, depuis ce moment là, Shad c'était calmé de façon remarquable. Il se défoulait sans cesse avec le sabot de biche qu'elle lui avait donné pour s'amuser et il lui arrivait de jouer avec lui et, dans ces cas là, le petit félin prenait garde à ne pas la blesser mais il était aisément remarquable que ses mains étaient un peu griffées par endroit. Dans l'eau, le sel s'accrochait à ses blessures et lui faisait ressentir des picotements désagréables mais le pire n'était pas là. Plus le temps passait plus l'eau imprégnait son bandage et s'approchait de sa blessure, elle ressentait déjà l'humidité et les sensations désagréables qui l'accompagnaient. La douleur était supportable, il s'agissait de simples picotements qui allaient croissants...certes, cela commençait à faire mal en réalité. Elle tourna son regard vers lui et l'observa tandis qu'il ôtait son pantalon, seul vêtement qui lui restait encore, et s'avança dans l'eau. A la lumière blême de la lune, elle put voir le jeu des ombres sur les muscles de son torse et l'apparence athlétique qu'il avait, c'était un beau jeune homme fort attirant et au caractère franchement sympathique. Il était diamétralement opposé à Yahwë...cette réflexion lui tira une grimace qu'elle tenta de dissimuler en se grattant le nez. Ce type ne quitterait-il donc jamais ses réflexions ? Maudit soit-il avec ce fichu mystère qui l'entourait et...que sa propre curiosité aille au diable ! N'y avait-il pas de planche de bois flottant alentours qu'elle puisse se frapper la tête avec ? Quittant l'agacement passager qui l'avait étreinte, elle reporta son attention sur Haruko, lui souriant tandis qu'il nageait dans sa direction pour prendre la parole une fois près d'elle. Son commentaire concernant la vérité la fit rire, l'emploi du mot "tordu" la faisait rire...c'était un humour étrange pour certaines personnes mais il fallait comprendre que si Alecia pouvait se montrer parfois vulgaire, ses mots n'étaient jamais très éloignés d'un registre retenu comme l'aurait fait une dame de la cour. Elle avait longtemps vécu dans un milieu ou la courtoisie, le respect et l'emploi de mot particuliers étaient requis avec autant d'importance qu'un savoir quelconque. C'était un mode de vie. Et si elle le considérait comme une seconde partie d'elle-même, elle ne pouvait se séparer de sa façon de parler même si elle laissait souvent de côté les mots qu'elle aurait dû employer normalement. Elle parlait de façon plus commune mais certaines expressions du langage dit "familier" lui paraissaient hilarantes.

    Il fallait aussi remarquer qu'elle n'avait encore vouvoyé personne, un fait qui lui aurait valu un regard désapprobateur de bien des gens, Yahwë avait eut droit au "tu" familier tout comme Haruko, jusque la la seule personne qu'elle avait jamais vouvoyé en dehors du contexte de l'étiquette n'était autre que son père. Une fois dans le rôle de la petite fille tout le monde était vouvoyé, c'était demandé, recommandé et - en réalité - imposé. Dans l'eau, elle ressentit un picotement désagréable à son flanc droit, plus important que les autres, plus fort, suivit d'autres comme un cœur qui pulsait...c'était bien moins que la souffrance lorsque la blessure lui avait été infligée mais c'était tout de même désagréable mais peu importait.


    - La chose la plus importante dans cette histoire sont les faits après tout.

    Elle sourit gentiment puis donna un grand coup dans l'eau, raflant la surface de l'eau et envoyant une gerbe d'éclaboussure sur le jeune homme comme pour jouer avec lui. En un mouvement des bras et des jambes, elle s'écarta de lui en souriant d'un air joyeux.

    - Viens te battre si tu es un homme !

    Ses propres paroles la firent éclater de rire et elle s'écarta encore un peu, un masque de joie illuminant son visage déjà d'une beauté sauvage envoûtante. Là, elle brillait littéralement de beauté sensuelle et sauvage autant qu'amicale et chaleureuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Mar 10 Mar - 12:58

A cette distance, le feu sur la plage n'éclairait plus tellement les deux jeunes gens qui se détendaient dans l'eau. Haru avait profité de sa brasse coulée pour frotter son visage et se débarasser du sable qui y était encore partiellement accroché. Le contact avec l'eau lui rappelait de nombreux souvenirs, heureux ou pas. C'était une habitude quand il était plus jeune, de se baigner dans la baie de Tokyo avec ses frères, ou encore dans les diffèrentes sources thermales qu'il avait allègrement côtoyé avec sa petite amie, qui était rapidement devenue sa fiancée.

Sa reflexion avait provoqué l'hilarité de sa camarade, et ce demandant ce qu'il avait pu dire de comique, il se contenta d'écouter sa réponse, sans avoir aucune réponse à la question qu'il s'était posée. Ce devait être une raison qu'elle était la seule à connaître, un souvenir personnel ravivait par sa phrase. C'était souvent de cette façon que Haru se souvenait de certains moments de sa vie, cela aurait été tout à fiat cohérent que sa mémoire faonctionne à l'identique. L'association de mots, d'idées et des souvenirs était la base même de la mémoire nerveuse, selon ce son père lui avait expliqué.

L'eau était sombre, et les courants d'eau froides qui passaient à ses pieds ne le rassuraient pas. Ce n'était pas dans sa nature de s'inquiéter pour rien, ni d'avoir peur des monstres sous le lit, mais il réalisait soudain qu'il ne connaissait pas cet endroit, et de même que la forêt, il était peut-être risqué et déraisonnable de se baigner dans ces eaux plus noire que le ciel qui les couvrait. Il n'eut pas le temps de se poser plus de questions. Une gerbe d'eau agressive venait de s'écraser sur son visage, s'engouffrant dans ces narines et sa bouche, manquant de s'étouffer avec. Un goût de sel désagréable, qui était un souvenir plutôt récent, il avait bu la tasse...

Face à lui, sa charmante partenaire venait de l'attaquer de front mais par surprise, et maintenant, elle se faufillait parmi les vagues afin de fuir les représailles. Elle était joyeuse, sa voix trahissant le plaisir qu'elle prenait à s'amuser avec le jeune homme. Ce dernier était déçu de n'avoir pas eu le temps de la prendre par surprise également, comme c'était son intention première. Mais son invitation était trop tentante, et comme s'il venait d'avoir à nouveau dix ans, il partit à la poursuite de son adversaire, battant l'eau de larges mouvements, tout en riant alors qu'il envoyait de grandes gerbes d'eau dans sa direction.

Tu vas voir si je suis un homme... Attention, tu vas le regretter.

C'était un plaisir de se retrouver dans l'eau à s'amuser, l'esprit léger, si peu conscient que quelques heures auparavant, il dérivait sur cette mer inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Jeu 12 Mar - 16:25

    Elle n'avait jamais vraiment eut l'occasion de jouer, de s'amuser avec qui que ce soit. D'un autre côté, il fallait comprendre qu'à l'école elle n'avait jamais essayé de se faire d'amis ou de camarade, elle se contentait de parler de temps à autre à quelqu'un, pour demander un renseignement ou autre ou pour répondre à une question, une demande, mais toujours elle avait été seule. En ce temps là ce n'était pas un problème, c'était un choix personnel qui l'avait mené jusqu'à cheminer seule sur le sentier de la vie. Elle ne regrettait pas son choix, ne le pouvait puisqu'elle ne savait pas non plus ce qu'elle avait manqué, on ne peut regretter ce qu'on ne connait pas. Bien évidemment, elle connaissait les joies de la compagnie, savait ce que cela faisait que de rire et d'être avec quelqu'un pour discuter ou autre mais...ne savait pas ce qu'était que la confiance, la complicité et tout ce qui se rattachait à l'amitié. Elle pouvait aller vers les autres mais ne restait jamais très longtemps, s'éloignait toujours avant que cette connaissance ne devienne trop proche d'elle jusqu'à pouvoir être nommée amie ou autre façon de nommer la chose. Elle ne désirait pas de liens quelconque, voulait une vie sans attache. Pourtant elle avait une attache maintenant : Shad. Ce n'était pas tellement cela même si, d'un coté, elle ne pourrait jamais se laisser mourir car elle songerait toujours à la répercussion de son acte sur la peluche ambulante. C'était de la considération, c'était comme ce que son père avait fait avec elle même si elle ne se languissait pas de mourir. Autrefois, et encore aujourd'hui, elle avait une façon de savoir si oui ou non elle s'était trop approchée de quelqu'un. Elle se demandait si elle pouvait s'en aller, mourir et ne penser à rien d'autre qu'à cela. Si elle songeait à quelqu'un à ce moment là, c'était qu'elle avait échoué. C'était une façon curieuse de voir les choses mais c'était ainsi qu'elle raisonnait. Son père était mort et ne regrettait sans doute pas son départ puisque dorénavant il était avec celle qu'il aimait de toute son âme. Mais elle-même ? Pourrait-elle s'en aller sans regret ? Avant, oui. Aujourd'hui, non. Tout ça à cause d'un malheureux bébé tigre qui avait choisit la mauvaise personne.

    Durant cette soirée, elle se rendit compte que s'amuser comme des enfants n'était pas si dérangeant que cela, que c'était même...bien. Néanmoins il y avait quelques...problèmes à cela. Elle craignait qu'en s'amusant ainsi quelques liens ce tissent. Deviendrait-elle paranoïaque ? C'était sans doute cela mais d'un autre côté sa peur était telle qu'elle ne pouvait s'empêcher d'y songer à chaque instant de sa vie, lorsqu'elle était en présence d'un humain. Le petit tigre s'était immiscé dans sa vie, avait grippé les rouages de son plan qui disait : pas de liens, pas d'amis, pas de compagnon. Rien. Il y avait un grain de sable dans la machine mais il ne l'empêcherait pas de poursuivre sa route, elle s'attacherait inéluctablement à cette peluche sur patte, c'était inévitable, mais elle ne commettrait pas d'autre erreur.
    La bataille d'eau dura ainsi plusieurs minutes où elle rit de bon cœur, appréciant ce moment sans doute unique pour elle jusqu'à ce que son flanc droit se rappel à elle en de douloureux élans qui, au fil du temps, étaient allés croissants. Au bout d'un moment, et après avoir balancé une nouvelle gerbe d'eau à la figure du jeune homme, elle sourit d'un air amusé puis parla d'une voix douce :


    - Pardonne-moi mais je pense qu'il serait plus sage de retourner sur la berge, notre petite baignade m'a épuisée.

    Ce n'était pas faux, mais pas tout à fait vrai non plus. Elle voulait retourner sur la plage essentiellement pour s'occuper de sa blessure mais elle savait qu'elle ne s'était pas réouverte. Si le sel aidait à la cicatrisation – un tout petit peu – il était également la source d'une grande douleur, c'était infernal. Une chance que la plaie soit au trois quart refermée ! Elle pouvait remercier Yahwë de son aide encore une fois. D'ailleurs cette pensée lui tira une grimace suivit d'un grognement inintelligible tandis qu'elle nageait déjà vers la berge après avoir accordé un regard à Haruko pour savoir ce qu'il ferait. Elle ne saurait dire s'il la rejoindrait tout de suite ou resterait encore un moment dans l'eau, l'un dans l'autre ce n'était pas important mais il était vrai qu'elle était curieuse. Encore une fois. Fichu défaut qui foutait sa vie en l'air ! Elle finit par atteindre un endroit où l'eau était peu profonde et marcha ainsi jusqu'à atteindre le sable sec où elle prit soin de tordre ses cheveux afin d'évacuer toute l'eau qui s'y était agglutiné durant sa petite baignade. Il lui tardait de s'étendre à côté du feu pour se sécher un peu et surtout sentir la caresse des flammes sur son corps. Elle avait un peu froid maintenant qu'elle était hors de l'eau. Tout son corps ruisselait d'eau, luisant faiblement à la lueur blême de la lune et à celle, crépitante, du feu. Elle s'étendit, prenant tout son temps avant de rejoindre le cercle de lumière délimité par le feu de camp qui, depuis son arrivée, n'avait pas faiblit grâce à ses soins constants. Shad la rejoignit à toute vitesse, venant réclamer un peu d'affection et surtout s'assurer qu'elle resterait bien avec lui, trop contente pour ne pas lui refuser cela, elle le prit dans ses bras. Il avait bien grossit depuis qu'elle l'avait recueillit, ses côtes n'étaient plus saillantes, son pelage était plus doux et plus soyeux.

    *Ma foi, c'était un beau bébé tigre. Il ne ressemble plus à un chat famélique, c'est une bonne chose*

    Elle sourit et déposa un baiser sur le front de l'animal avant de le reposer sur le sable et de se diriger vers les flammes. Elle tira son sac vers elle et, dans un mouvement ample, posa une large couverture – qu'elle avait récupéré dans son sac – sur le sable et s'y assit tranquillement, laissant son corps se sécher aux flammes tandis qu'elle examinait son côté droit. Comme prévu la blessure ne s'était pas réouverte mais cela la picotait désagréablement et avec une insistant proprement exaspérante mais elle ne pouvait rien y faire, à part peut-être changer le bandage. C'était une bonne idée. Elle fouilla encore un instant dans son sac et en tira un bandage neuf et propre qu'elle posa à côté d'elle. En quelques gestes précis, elle retira le tissu blanc qui entourait son abdomen et dévoila la plaie. Elle ne saignait plus et avait un aspect saint, les lèvres en étaient rapprochées au point qu'elle n'était plus qu'un trait un peu épais barrant son flanc. Dans quelques temps ce serait un mauvais souvenir et elle pourrait de nouveau bouger sans problème et avec son habituelle agilité. Elle attrapa une feuille refermée sur elle-même et trempa ses doigts dans la mixture qui s'y trouve pour l'appliquer sur la blessure avant de la recouvrir du bandage propre et sec qu'elle avait retiré de son sac. Tout allait pour le mieux, bientôt, elle ne serait plus gênée par tout cela. Satisfaite, elle leva les yeux et regarda Haruko, souriant légèrement.


    - Alors, cette baignade ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Jeu 12 Mar - 20:05

Les rires des deux adultes emplissaient le vide qui les entourait. C'était toujours agréable de se laisser aller, de laisser l'âme d'enfant qui gouvernait le coeur de Haurko. Machinalement, il avait assimilé cette jeune femme à sa petite soeur, qu'il revoyait, barbottant dans l'eau et jouant avec les jumeaux, ses deux grands frères veillant sur eux. Dans la pénombre, il arrivait presque à voir ses traits se transposaient sur le visage radieux d'Alécia, qui appréciait également ce moment privilégié de complicité. Cependant, toute chose a une fin, et les bonnes choses ne se finissent toujours que trop rapidement. A regret, il observa la jeune femme qui retournait vers la plage, glissant dans l'eau avec grâce, après qu'il lui ait fait signe qu'il la suivait. La joie et la convivialité laissa place à la nostalgie. Après un dernier plongeon pour se frotter les cheveux et le visage, il se lança à son tour à l'assaut du rivage, non mécontent de retrouver la chaleur du feu qui chasserait rapidement la morsure de l'eau froide.

Posant les pieds sur le sable, il récupéra son pantalon, laissé à l'abandon. En regardant le dernier morceau de tissu qui le couvrait encore, il se félicita d'avoir porter un sous-vêtement assez convenable, maintenant qu'il réalisait qu'il allait devoir attendre d'être sec pour pouvoir se rhabiller. En même temps, il allait devoir s'habituer à cette vie sauvage, ne sachant pas dans combien de temps les secours viendraient le chercher. Il s'ébroua un instant comme un chien sortant de l'eau, qui se dirigea vers les flammes rassurantes qui ne cessaient de flamboyer. Arrivée à hauteur du feu, il retrouva sa compagne allongée sur une couverture auprès du feu. Sa peau dorée luisait sous l'éclat des flammes. Détournant rapidement les yeux, il s'approcha un peu plus des flammes, se balançant sur la plante de ses pieds en attendant qu'il sèche. Il évitait soigneusement de poser les yeux sur cette ravissante créature, même si l'effort était extrèmement difficile. Lorsqu'il remarqua qu'elle se soignait, la blessure sûrement ravivée par la baignade, il voulait lui proposer son aide, un peu trop tard néanmoins. Il se contenta donc de fixer le bois qui se consumait au centre du brasier. La douce voix de la demoiselle l'obligea à regarder vers elle, rougissant de son immaturité.

Délicieuse...

Il sourit à son tour, ravi de se trouver exactement où il se trouvait, et reconnaissant d'avoir croiser la route d'une personne aussi remarquable. Il espérait qu'elle partagerait avec lui encore un peu de son temps. Il s'assit sur ses talons, dos au feu pour finalement pouvoir admirer sa camarade. Il avait envie de lui poser de nombreuses questions, apprendre à la connaître, comment elle était arrivée ici, elle aussi, ce qu'elle aimait, sa vie dans le monde commun, la cause de sa blessure... Mais le moment ne se prêtait pas à ses questions, la quiétude qui régnait après s'être défoulé poussait même au sommeil. Ne souhaitant pas briser la calme et douce atmosphère qui s'était installé, il se contenta donc de savourer le silence, abservant les flammes un instant, son regard se détachant souvent pour contempler le tigre ou sa maîtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Alecia Deveria
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Jeu 12 Mar - 20:40

    Tout allait bien. Sa blessure était encore cuisante du contact de sa chair avec le sel de la mer mais ce n'était rien de réellement important. Pour la première fois depuis son arrivée, elle appréciait pleinement l'aventure qu'elle vivait. L'endroit était propice à la vie qu'elle voulait se faire : loin des hommes, loin de toute contrainte...une vie libre et sauvage. Même son attachement vis-à-vis du tigre était secondaire, sa vie avait prit un tournant décisif qui la mènerait bien plus loin que si elle était resté dans...de l'autre côté de la barrière, là où le monde technologique avait remplacé l'ivresse de la liberté sauvage, de la beauté naturelle qu'était le monde. En cette île mystérieuse et désertique, peuplée de rares élus, elle découvrait le monde dont elle avait toujours rêvé. Un sourire ravi étira ses lèvres et elle se surprit à sourire aux étoiles, appréciant la chaleur du feu et la douceur du vent, l'air pur qui l'entourait et...la nature si proche qui se trouvait partout à la fois. Le regard rivé sur la voûte céleste, elle aperçu néanmoins l'ombre mouvante du jeune homme qui la rejoignait à présent, il était aussi trempé qu'elle et l'eau dégoulinant sur son corps mettait en valeur les courbes de ses muscles, glissant sur sa peau en une myriade de goutte réfractant la lueur du feu. Elle imagina durant un bref instant ce que serait cette même vision alors que le soleil brillait haut dans le ciel et que celui-ci était d'un bleu profond et lumineux. Cette liberté grisante qui lui parvenait était tellement agréable ! Il lui semblait qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait, quand elle le voulait et si elle le voulait. Il n'y avait plus toutes ces barrières que le monde actuel érigeait autour des gens comme une prison vaste et dorée dont les gens ne remarquaient l'existence qu'une fois qu'il était trop tard. Et, tels des oiseaux passifs, ils se contentaient de regarder les barreaux sans les voir réellement, ne voyant que l'illusion d'une liberté.

    Avec un léger sourire, elle s'assit sur sa couverture et se poussa un peu sur le côté pour laisser de la place à Haruko. Il s'agissait d'un vaste tissu où deux personnes au moins pouvaient s'y allonger de tout leur corps sans dépasser même d'un orteil. D'un noir sombre, il était facile de confondre la couverture avec l'écorce d'un arbre lorsque la nuit est tombée, c'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle l'avait avec elle : afin qu'un quelconque visiteur forestier ne puisse la remarquer alors qu'elle serait en train de dormir paisiblement sur la branche d'un arbre en équilibre à plusieurs mètres du sol. C'était son truc à elle : la hauteur. Loin au dessus du sol, il lui semblait qu'elle pouvait voler et, selon elle, elle en était capable si seulement sa condition humaine et ses faiblesses pouvaient ne plus la ralentir. A défaut de voler à l'aide d'une paire d'elle et de façon physique, elle laissait son esprit vagabonder dans les cieux, volant d'une étoile à une autre suivant le chemin complexe de ses réflexions. Elle tapota la place à côté d'elle, souriant gentiment au jeune homme tandis que celui-ci se tenait près du feu pour se réchauffer, attendant sans doute d'être sec pour enfiler ses vêtements. Elle-même avait rapporté les siens à proximité du feu afin de pouvoir les enfiler une fois sèche et, surtout, profiter de la chaleur dont ils serait prit lorsqu'elle les mettrait. Tout ça grâce au feu.


    - Viens, ne te gêne pas. C'est plus confortable que debout.

    Son sourire, pleine d'une amitié chaleureuse, étira ses lèvres tandis qu'elle portait une main à son visage, effleurant de ses doigts le masque qui recouvrait son visage, masquant ce dernier de son nez jusqu'à son front, là où débutait ses cheveux d'un noir d'encre. Ses yeux d'un noir sombre pigmentés d'or s'étaient tournés vers les flammes, hautes et belles, tandis qu'elle caressait du bout des doigts le cuir de son masque. Elle ne le retirait que très rarement. C'était un symbole qu'elle ne gardait jamais pour dormir, la nuit, ce n'était pas très pratique, d'un autre côté elle n'avait jamais réellement envisagé de dévoiler son visage devant un inconnu aussi amical et gentil soit-il. Ce « symbole » signifiait entre autre que personne ne la connaissait réellement, qu'une fois cette partie d'elle-même retirée, elle était mise à nue, comme offerte à la connaissance des autres et à tout ce que le destin pouvait lui imposer. Elle refusait l'influence d'une quelconque ligne toute tracée, vivait sa vie au jour le jour en songeant que rien ni personne ne pouvait lui dicter sa vie. Que rien n'était prévu d'avance. Un léger soupire passa la barrière de ses lèvres tandis qu'elle leva son autre main et allait dénouer son masque afin de le retirer. Une fois fait, elle passa sa main devant son visage et ôta le cuir qui recouvrait sa peau et le posa à côté d'elle tandis qu'elle passait ses doigts sur sa peau à présent dévoilée. Malgré tout ce que l'on pouvait penser, sa peau était aussi dorée que le reste de son corps, pas plus pâle qu'une autre partie, tout était parfaitement normale à première vue. On pouvait même se demander pourquoi elle portait ce masque...mais sans doute ne répondrait-elle jamais.

    - Vois-tu...je n'ai jamais ôté ce masque devant qui que ce soit.

    Elle eut un petit ricanement comme pour marquer l'ironie de ses paroles puis haussa les épaules sans émotion particulière.

    - D'un autre côté je n'ai jamais partagé une nuit avec quelqu'un.

    Elle sourit légèrement et tourna son regard vers Haruko comme pour lui montrer qu'elle n'avait aucune gêne à dévoiler son visage à présent dépourvu de tout masque, laissant à présent entrevoir des traits réguliers, fins et beaux comme le reste de sa personne. Elle était magnifique, à n'en pas douter et la quasi-nudité dans laquelle elle se trouvait ne faisait que renforcer ce fait établit. Elle était d'une beauté à la fois sauvage et sensuelle, si irréelle et étrange que l'on pourrait jurer qu'elle s'en irait comme l'image d'un rêve si jamais on avait l'audace de tendre les doigts vers elle avec l'espoir de l'effleurer. Ses paroles pouvaient être comprises de différentes manières mais c'était en réalité pour marquer le fait qu'elle ne retirait ce masque que la nuit, pour dormir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Soshiro Haruko
Habitant de l'île
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 29
Date d'inscription : 24/02/2009

Fiche du personnage
Vie privée:
Relations:
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   Mer 18 Mar - 11:52

En scrutant les flammes, Haruko réalisait à quel point toute cette histoire était hallucinante. Tombant par dessus bord, il s'atait retrouvé perdu au beau milieu de nul part, phénomène plutôt étonnant, comme il ne se trouvait pas au beau milieu de l'océan lorsqu'il avait eu cet accident. Combien d'îles désertes et sauvages entouraient le Japon? D'autant que dans ce cas, il n'était pas impossible d'organiser une reconnaissance héliportée ou aérienne... Quelque chose clochait, c'était certain... N'allait-il jamais revoir son cher pays, ses proches et amis? Dépité, il fixait toujours les flammes d'un air absent. De passer le temps qu'il lui restait à vivre ainsi n'était pas quelque chose qu'il avait envisagé, espérant toujours qu'un hélicoptère passant dans le coin repérerait ce feu immense sur la plage. Il lui semblait que cette option n'était pourtant pas à exclure. Que pouvait bien faire les sauveteurs??? Il n'avait pas eu la chance de plonger avec ses bagages, auquel cas il aurait pu avoir d'autres vêtements et quelque matériel utile, comme une trousse de secours, ce qui n'était négligeable, dans ces conditions. Il se surpris à trouver suspecte l'apparente adaption de sa compagne, qui semblait avoir parfaitement trouver ses repères dans cette jungle hostile, et étonnament bien équipé pour une naufragée. Secouant la tête pour chasser ces idées, il soupira. Elle l'avait sauvé, il n'avait pas le droit de penser des choses pareilles, surtout après le moment qu'ils venaient de partager. Ce n'était pas son genre d'ailleurs, l'angoisse d'être piégé à jamais ici lui troublait l'esprit au point de laisser son subconscient franchir des limites interdites.

Les flammes étaient un réconfort dans cette nuit sombre. Des bruits s'élevaient un peu au hasard dans le vide insondable qui les entourait, et bien qu'il se trouva déjà très près, il s'approcha un peu plus, rassuré par le danger que le feu représentait. Il sentait la chaleur cuisante sur son corps nu, et les quelques gouttes qui couvraient encore sa peau disparurent. Glissant ses doigts dans ses cheveux noirs, il fut ravi de constater que ces derniers étaient presque secs, raidis par le sel qui restait accroché. Il les frotta alors pour ôter les résidus de minéraux et assouplir ses cheveux. Il était étonné de sa brusque réaction. Paniquer et perdre son sang-froid n'étaient pas dans ses habitudes. Depuis ce jour tragique, il avait toujours tout tenté pour ne plus se sentir coupable de quoi que ce soit, lui conférant une certaine assurance. Contre toute attente, une larme glissa sur sa jour, envahi par l'émotion du souvenir. Reprenant le dessus, il se répeta que rien n'était de sa faute, qu'il ne pouvait rien y faire. Exactement comme les adultes avaient fait à cette époque, sans grand succès finalement puisqu'aujourd'hui encore, il doutait encore et avait toujours douté. Il avait l'impression de le voir tombé encore et encore, la détresse serrant son coeur. La voix d'Alécia dissipa l'illusion, fixant désormais le bois qui flambait. Observant un instant ses mains, qui avaient incapable de retenir et sauver son ami, il attendait quelques instants de reprendre un peu d'assurance avant de la rejoindre sur la couverture où elle l'avait invitée à s'assoir.

Un peu ressaisi, il lui fit face tandis qu'elle toucher le masque qu'elle portait d'un air pensif. Il n'y avait pas réellement prêté attention jusque là, jugeant qu'il était son droit le plus strict que de se dissimuler aux yeux des autres. Elle avait sûrement ses raisons pour vouloir se préserver et il n'était pas là pour les juger. Jusqu'alors, il était trop heureux de vivre pour s'arrêter sur des détails aussi insignifiants. Toujours un peu troublé, il s'assit à ses côté, l'observant avec intérêt tandis qu'elle otait la dernière barrière qui les séparait, dévoilant une beauté éclattante. Maintenant qu'il pouvait admirer son visage dans son intégralité, il trouva dommage de priver le monde d'autant de magnifiscence, le masque étant presque vulgaire sur quelqu'un d'une aussi rare beauté. Il était simplement subjugué, et stupéfait d'être apparamment un priviligié. Plus rien ne parvenait à son esprit, complétement lessivé de tout ce qu'il contenait. Sa dernière déclaration lui arracha un immense sourire. Il doutait fortement qu'elle ait voulu dire ce qu'il venait de penser, retenant avec peine le rire qui menaçait de s'echapper.

Je suis très flatté de cette marque de ... confiance.

Il s'était penché pour dessiner des choses sans formes dans le sable, pour echapper à ses insidieuses pensées qui l'assaillait une fois de plus, donnant l'illusion de parler à ses pieds. Réalisant l'absurdité de la situation et craignant de la vexer, il la regarda avec ce sourire qui restait figé, plongeant son regard dans ses yeux sombres où se reflétaient les lueurs orangées des flammes dansantes.

C'est dommage en tout cas ... car tu es ravissante...

Il sentait ses joues qui brûlaient intensement, probablement si rouges qu'on aurait cru qu'il s'était brûlé un peu plus tôt. Il n'était décidement pas doué quand il s'agissait de dire ce qu'il pensait ouvertement. Sa main était apparamment dotée d'une volonté propre et avant de comprendre lui-même, il glissait ses doigts sur la peau douce et veloutée de sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jouhatsu.forumactif.org/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Echoué sur le sable [PV Alecia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Echoué sur le sable [PV Alecia]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forgotten Heaven :: Sud de l'île :: Plage-
Sauter vers: